• Le Quotidien > 
  • Actualités 
  • > 11e accusation de facultés affaiblies: Mario Boivin prêt à rester tranquille 

11e accusation de facultés affaiblies: Mario Boivin prêt à rester tranquille

Mario Boivin, qui fait face à sa 11e accusation de conduite avec les facultés... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Mario Boivin, qui fait face à sa 11e accusation de conduite avec les facultés affaiblies, dont la dernière qui s'est produite le 6 mai dernier au volant de son quadriporteur, saura vendredi s'il est libéré en attente de procès.

L'homme, qui s'expose à une longue peine d'emprisonnement, a assuré qu'il était «prêt à rester tranquille à la maison».

Mario Boivin a été arrêté le 6 mai, vers 22h30, alors qu'il circulait en quadriporteur dans le centre-ville de Chicoutimi. L'homme avait deux fois la limite d'alcool permise dans le sang. Il s'agissait de sa 11e arrestation pour une conduite avec les facultés affaiblies. La première remonte à 1984 et la dernière à 2006. À cette époque, il a été condamné à deux ans de pénitencier et à une interdiction de prendre le volant durant 10 ans. Le problème, c'est que Mario Boivin ignorait qu'il ne pouvait conduire un quadriporteur en état d'ébriété.

Détenu depuis le 6 mai, Mario Boivin tentait de reprendre sa liberté en attente de procès, mercredi. Si le juge Maurice Abud lui accorde, le récidiviste promet de rester chez sa conjointe, qui demeure à Saint-Félicien, et de participer à des rencontres des Alcooliques anonymes.

«Oui, je suis prêt à aller chez les AA, j'y suis déjà allé. Ça va couper ma semaine et je vais voir du monde», a-t-il répondu, lorsque la procureure de la Couronne Me Nicole Ouellet l'a questionné à ce sujet.

Sa conjointe s'est également engagée à surveiller Mario Boivin et à se débarrasser de son triporteur, s'il vient demeurer chez elle. «Je n'en ai pas besoin, il appartenait à ma mère. Je peux m'en défaire», a affirmé la dame, promettant de dénoncer son amoureux à la police si elle s'aperçoit qu'il a consommé de l'alcool.

«Mon client sera encadré à 100%. Son dernier dossier remonte à 2006 et il n'a jamais brisé ses conditions. J'offre des garanties où il va être pratiquement impossible de commettre une infraction», a affirmé l'avocat de la défense, Me Charles Cantin.

Si l'homme se déplace en quadriporteur, c'est qu'il a été victime d'un accident qui lui a laissé des séquelles. Il est tout de même capable de marcher, mais sur une courte distance seulement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer