Le niveau du lac Saint-Jean va compliquer l'ouverture de la pêche

On constate que la partie ouest et nord... (Photo courtoisie)

Agrandir

On constate que la partie ouest et nord du lac Saint-Jean est dégagée des glaces. Les pêcheurs de la pointe de Chambord jusqu'à Péribonka pourront mettre leur embarcation à l'eau facilement, d'autant plus que la situation va évoluer jusqu'à vendredi. On voit également qu'il subsiste de la glace mince entre Saint-Henri-de-Taillon et l'entrée de la Grande-Décharge, mais qu'elle disparaîtra sous peu, accélérant le départ des glaces.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le niveau du lac Saint-Jean, plus bas qu'à l'habitude pour la période de l'année, rendra l'ouverture de la pêche sportive à la ouananiche plus hasardeuse. Plusieurs mises à l'eau habituellement fréquentées ne seront pas fonctionnelles.

Le Quotidien a fait une tournée des principales municipalités fréquentées par les pêcheurs pour la première fin de semaine de l'ouverture afin de connaître l'état de la situation. Le niveau du lac Saint-Jean doit atteindre 10,52 pieds pour la journée de demain. Généralement, les mises à l'eau du pourtour du lac Saint-Jean sont fonctionnelles avec un niveau de 13 pieds et plus.

Le secteur le plus achalandé pour l'ouverture de la saison se situe entre Desbiens et Mashteuiatsh. Les pêcheurs ont habituellement accès à sept mises en l'eau dans cette zone. Pour vendredi matin, entre trois et quatre mises à l'eau seront fonctionnelles et permettront de descendre sécuritairement les embarcations à l'eau.

La mise à l'eau dans le secteur de Mashteuiatsh peut difficilement accueillir un grand volume de pêcheurs puisque ces derniers se retrouveraient automatiquement dans la zone réservée à la pêche communautaire au filet. Le secteur est marqué par des balises et on demande aux pêcheurs sportifs d'éviter de pénétrer dans la zone située devant la communauté pour ne pas endommager le matériel de la communauté.

Le responsable de la marina de Roberval, Claude Bouchard, a confirmé au Quotidien, après un examen visuel, que la mise à l'eau de la marina pourra accueillir les pêcheurs. La municipalité a également construit une rampe de mise à l'eau dans le secteur du quai des Anglais avec un stationnement à proximité.

«Si la mise à l'eau située à la marina est fonctionnelle, celle du quai des Anglais le sera également. Nous recommandons aux pêcheurs d'utiliser celle du quai des Anglais, mais on ne peut pas les empêcher de descendre leur embarcation à la marina principale», a insisté Claude Bouchard.

Dans le secteur de Chambord, le responsable des travaux publics de la municipalité, Yves Dupéré, signale qu'il faut un niveau de 12 à 13 pieds pour une utilisation sécuritaire de la rampe de mise à l'eau de la marina de la pointe. Hier, il n'y avait toujours pas d'eau dans la rade. Il serait donc surprenant que l'eau monte assez rapidement pour que les pêcheurs puissent l'utiliser demain matin. Il n'a pas fait de vérification visuelle pour la mise à l'eau de Val-Jalbert, mais il estime qu'elle pourrait également être problématique en raison de la topographie du fond marin dans la petite baie située entre le pont de chemin de fer et les premiers rapides.

La municipalité de Desbiens compte deux mises à l'eau situées juste sous le pont de la route 169. La directrice générale de la municipalité, Esther Dufour, a demandé une inspection des lieux hier matin: «Nous pouvons confirmer qu'au moins une mise à l'eau sera accessible sans problème. Les employés de la municipalité vérifiaient la possibilité d'un aménagement mineur pour rendre la seconde mise à l'eau fonctionnelle.»

La dernière municipalité vérifiée par Le Quotidien est Péribonka. Les pêcheurs qui souhaitent se rendre dans cette zone doivent vérifier l'état de la mise à l'eau. Hier, un responsable municipal expliquait au Quotidien que la navigation à un bas niveau peut être hasardeuse dans le secteur, mais que le niveau semblait assez élevé pour permettre la descente des chaloupes. Il n'y a pas eu de confirmation en fin de journée.

Les pêcheurs doivent d'autre part oublier la mise à l'eau de la marina de Saint-Henri de Taillon qui est toujours inutilisable. Tout le secteur de l'entrée de la Grande Décharge est recouvert de glace et cette zone est pratiquement difficile à naviguer avec un niveau aussi bas en raison des nombreuses roches. Le secteur Saint-Gédéon est toujours recouvert de glace rendant les mises à l'eau de tout le sud difficiles à utiliser ou tout simplement inutilisables.

La dernière photo satellite permet de bien visualiser les zones où il sera possible de pêcher demain. Il se résume à un très grand croissant de lune qui part de l'embouchure de la rivière Péribonka et se rend jusque dans le secteur de Roberval avec des zones clairsemées à Chambord et Desbiens ainsi qu'une zone assez grande devant les chalets de Saint-Henri-de-Taillon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer