Visite imposante des camionneurs chez les députés

Plus d'une centaine de membres de l'ANCAI dans... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Plus d'une centaine de membres de l'ANCAI dans la région ont manifesté dans les rues d'Alma, Saint-Félicien et Saguenay, lundi matin. En mortaise, le député Alexandre Cloutier discute avec des camionneurs.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

L'encadrement pour le camionnage en vrac dans les marchés publics a été mis en place une première fois en 1973 et a été révisé à quelques occasions depuis. Si le gouvernement ne procède à aucun changement législatif, cet encadrement prendra fin en 2017.

C'est pour cette raison que les camionneurs demandent au ministère des Transports du Québec, responsable du dossier, de maintenir cette façon de faire. Le législateur, précisons-le, a statué que seuls les camionneurs artisans ainsi que les petites entreprises de camionnage en vrac devaient contrôler le courtage dans le transport de matières en vrac. Le courtage dans les marchés publics est effectué par une coopérative ou une compagnie sans but lucratif.

Des camionneurs se sont arrêtés au bureau d'Alexandre... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 3.0

Agrandir

Des camionneurs se sont arrêtés au bureau d'Alexandre Cloutier pour le sensibiliser à leurs demandes.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

L'Association réclame également l'ajout de mesures pour que cesse le courtage illégal sur les chantiers publics au Québec. En effet, une clause du règlement a été modifiée en 2012, ce qui a mené à la prolifération du courtage illégal, prétend l'Association.

« Cette clause a sûrement été modifiée de bonne foi, mais elle permet aux entrepreneurs de se donner des contrats de transport de matières en vrac entre eux. Ceci a pour effet de faciliter la collusion et même la corruption, car ces opérations ne sont surveillées par aucun organisme public », dénonce Guy Laplante, président de l'ANCAI.

Questionné à ce sujet, le premier ministre Philippe Couillard a dit être au fait des demandes, mais à son avis, il n'y a pas d'urgence dans ce dossier.

« Je comprends qu'ils manifestent pour qu'un contrat soit renouvelé et c'est pour le printemps 2017. On est peut-être un peu à l'avance. Mais je suis au courant de l'enjeu et le ministre Daoust également. C'est une question d'équité et on va les traiter avec équité », mentionne Philippe Couillard, interrogé en marge d'une conférence de presse tenue à Alma.

L'Association compte près de 5000 membres au Québec, dont plus de 300 au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer