En route avec le trottibus

Le trottibus de l'école Sainte-Bernadette, à Chicoutimi, existe... (Photo courtoisie)

Agrandir

Le trottibus de l'école Sainte-Bernadette, à Chicoutimi, existe depuis le retour de la semaine de relâche, en mars.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chaque matin depuis mars, des jeunes de l'école primaire Sainte-Bernadette se rendent au coin de leur rue. Ils n'attendent pas l'autobus, mais le «trottibus».

Texte: Un peu plus d'une dizaine de jeunes... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Texte: Un peu plus d'une dizaine de jeunes du primaire de l'école Sainte-Bernadette de Chicoutimi prennent chaque matin le «trottibus». Ils se joignent à un groupe de jeunes marcheurs, encadré de bénévoles, qui suit un trajet précis les menant à l'école. Il s'agit d'une initiative de la Société canadienne du cancer.

Photo courtoisie

Ils s'intègrent à une file de jeunes qui, à pied, suivent un trajet, encadrés de bénévoles, jusqu'à l'école.

Le trottibus de l'école primaire Sainte-Bernadette est le premier au Saguenay. Jusqu'à maintenant, 75 trottibus existent à travers la province, dont le quart est situé à Montréal.

Le but: faire bouger les jeunes et faire la promotion de saines habitudes de vie.

Le concept est une idée de la Société canadienne du cancer. «Le trottibus vise les jeunes qui vivent à proximité de l'école, mais que les parents viennent reconduire le matin en voiture. Pour plusieurs raisons, pour des raisons de sécurité, par exemple, des parents sont réticents à ce que leur enfant marche pour aller à l'école. Avec le trottibus, des bénévoles les encadrent et ils sont en sécurité», explique Virginie Gagnon, agente des services à la communauté pour les régions du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord. Un événement de presse était organisé vendredi pour faire connaître le nouveau service.

À l'école Sainte-Bernadette, dans le quartier Murdock, ils sont une vingtaine au total à se joindre au trottibus. Certains jeunes sont présents chaque jour, tandis que d'autres s'y intègrent quelques fois par semaine. Chaque matin, depuis le retour de la semaine de relâche, ils sont donc un peu plus d'une dizaine à attendre le trottibus.

Deux trajets sont actuellement offerts, le second rejoignant le trajet principal. Un nouveau trajet est à l'étude pour l'année prochaine.

La Société canadienne du cancer espère que d'autres trottibus pourront voir le jour dans les écoles du Saguenay. Un trottibus existe déjà au Lac-Saint-Jean.

Les bénévoles sont des parents, ou des enseignants à la retraite, qui encadrent le trottibus. Les jeunes de cinquième ou sixième année peuvent aussi agir comme bras droit des bénévoles. «En plus de faire de l'exercice et d'arriver plus réveillés en classe, les jeunes sont aussi sensibilisés aux règles de sécurité», vante Mme Gagnon.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer