Le bloc opératoire en flammes

La rapidité des pompiers a permis d'éteindre le... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

La rapidité des pompiers a permis d'éteindre le feu en 45 minutes.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

L'incendie survenu vendredi à l'hôpital de Roberval a causé d'importants dommages au bloc opératoire.

Le service de chirurgie sera paralysé pendant plusieurs semaines.

Les soins intensifs, le centre de prélèvements et le laboratoire sont aussi affectés par ce feu qui s'est déclaré vers 7h.

«La direction des soins professionnels et cliniques est à élaborer des scénarios en ce qui concerne les chirurgies selon le temps qu'il faudra pour que le bloc opératoire soit utilisable. Des trajectoires de services seront trouvées pour que ces patients soient pris en charge. On n'est pas en mesure de vous dire quand nous allons rouvrir ce service. Nos équipes cliniques travaillent pour déterminer comment se fera la prestation de services dans les prochains jours», a déclaré la porte-parole Joëlle Savard.

En effet, des chirurgies pourraient être faites dans d'autres établissements afin de répondre aux besoins les plus criants. L'intensité des flammes, jumelée à la grande quantité d'eau utilisée, a causé des dégâts importants.

Pour ce qui est des traitements en oncologie, des examens en imagerie médicale et des services généraux, ils seront disponibles dès lundi. Le laboratoire et la clinique externe seront ouverts également lundi. En fin de semaine, une décision sera prise concernant les prélèvements

Aux 4e et 5e étages, ce sont les gicleurs qui ont causé de légers dégâts d'eau. Ils ont été éteints rapidement dès que les pompiers sont intervenus pour combattre l'incendie.

Une quarantaine de patients qui se trouvaient sur différents étages de l'aile A ont été déplacés dans d'autres unités. La tâche était complexe, car certains étaient aux soins intensifs. Aucun n'a été blessé ou incommodé par la fumée. Deux personnes aux soins intensifs ont dû être déplacées. Un patient a été transféré dans un autre hôpital tandis que l'autre se retrouve dans un autre département de l'Hôtel-Dieu.

L'urgence sera ouverte ce week-end. Par contre, les ambulances vont être détournées vers les hôpitaux d'Alma et Dolbeau-Mistassini. Les visites des patients en courte durée sont interdites.

Plusieurs travailleurs de la santé ont été demandés en renfort pour répondre à toutes les interrogations soulevées par les patients qui devaient obtenir des services spéciaux aujourd'hui et au cours des prochains jours.

Les gens qui désirent obtenir plus d'information concernant leur rendez-vous et autres services peuvent laisser un message au 418 275-0110, poste 2215.

Quelque 40 pompiers sont intervenus pour éteindre le... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 2.0

Agrandir

Quelque 40 pompiers sont intervenus pour éteindre le brasier.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Les pompiers ont permis d'éviter le pire

Sans l'intervention rapide des pompiers de Roberval, les conséquences auraient pu être dramatiques.

Selon une source, le brasier était très intense dans la pièce du 6e étage dans le secteur du bloc opératoire. Il était temps que les sapeurs arrivent.

La première équipe a monté à l'étage par l'intérieur. Rapidement, un sapeur a fracassé une vitre pour donner de l'air au feu et rendre plus facile l'intervention. Une équipe en appui par l'extérieur a réussi à contenir les flammes de l'autre côté. Quarante-cinq minutes plus tard, le feu était éteint.

«Il faut féliciter le travail de nos pompiers qui ont pris de bonnes décisions et qui ont attaqué le feu d'une manière parfaite. Les façons de faire ont évolué, ce qui nous a permis d'éviter qu'il se propage et rende le travail plus compliqué», a mentionné le directeur du service incendie de Roberval, Rémi Parent.

Le feu a pris naissance au 6e étage dans le secteur du bloc opératoire où des travaux étaient en cours. La cause de l'incendie est toujours étudiée. Des pompiers et des spécialistes du Centre intégré universitaire en santé et services sociaux n'avaient pas terminé leur investigation en fin de journée.

Les casernes de Saint-Félicien, Sainte-Hedwidge et Chambord ont été appelées en renfort. Ce sont 40 pompiers qui ont oeuvré pour éviter le pire.

Cet incendie rappelle celui de décembre 1998 qui avait détruit une section de la vieille partie de l'Hôtel-Dieu. Plusieurs patients avaient été évacués à l'extérieur et dans d'autres établissements. Les dégâts avaient été très lourds. Les réparations ont été complétées en 2005.

Couillard confirme la reconstruction

Dominique Gobeil / Le premier ministre Philippe Couillard confirme qu'un nouveau bloc opératoire sera construit à Roberval.

«C'est certain que le bloc ne sera pas fonctionnel durant une période prolongée. Ça peut être des semaines, voire des mois. Il y aura donc un bloc neuf. On va s'assurer que ce soit fait comme il faut. Tous les soins importants seront encore présents, que ce soit la chirurgie avec hospitalisation, les soins intensifs ou l'oncologie», a déclaré en point de presse celui qui est aussi député de Roberval, et qui a voulu se rendre sur les lieux de l'incendie dès son arrivée dans la région.

M. Couillard a d'abord voulu rassurer la population et féliciter le personnel de l'hôpital, ainsi que les pompiers, pour leur intervention rapide. «On s'occupe des patients avant tout. Ceux en soins chirurgicaux et intensifs sont déplacés vers d'autres hôpitaux. Ceux qui sont sur des listes d'attente seront opérés par d'autres chirurgiens ailleurs dans la région ou par leur propre chirurgien dans les salles disponibles.»

Ayant lui-même constaté les dommages, le premier ministre précise qu'ils sont importants, mais limités. «C'est assez dramatique, tout est noirci. Il y a plein d'eau et de suie. C'est pratiquement une perte totale, mais c'est essentiellement contenu dans la zone du bloc opératoire.»

Philippe Couillard souligne que les équipes ont réagi rapidement en contrôlant le système de ventilation pour diminuer la propagation des flammes et de la fumée. Alors qu'un incendie est déjà survenu dans l'hôpital robervalois en 1998, la présidente-directrice générale du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS), Martine Couture, indique que des employés se sont rappelé l'évènement vendredi.

«Chaque fois qu'on doit appliquer des mesures d'urgence, ça nous permet d'en tirer des enseignements.» «Pas juste pour Roberval, tous les hôpitaux du Québec regardent ce qui se passe et l'information va être communiquée», ajoute le premier ministre. Mme Couture affirme que le travail pour la reconstruction du bloc se fera «étape par étape».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer