Constructions Proco : briller malgré le ralentissement

La construction du nouveau Mercedes Benz Stadium, qui... (Photo courtoisie)

Agrandir

La construction du nouveau Mercedes Benz Stadium, qui abritera les Falcons d'Atlanta dans la NFL, permet à Proco inc. d'oeuvrer en sous-traitance pour Canam qui a décroché un contrat de 230 M$.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le titre de Personnalité du mois d'avril 2016 Le Quotidien/Radio-Canada est décerné aujourd'hui à Constructions Proco.

Malgré le ralentissement économique qui touche le monde de la construction, l'entreprise de Saint-Nazaire réussit à briller sur l'échiquier industriel. Le pont Champlain, le futur stade des Falcons d'Atlanta, l'agrandissement de l'Usine Laterrière de Rio Tinto et la construction de la mine Surgold au Suriname; Proco travaille sur plusieurs grands chantiers, donnant de l'emploi à plus de 300 personnes à ses usines de Saint-Nazaire et La Baie.

«Le contexte économique dans notre domaine, la construction, est vraiment difficile. C'est peut-être pour ça d'ailleurs que ça ressort davantage dans les médias lorsqu'on a des contrats majeurs. Parce qu'il n'y en a pas beaucoup. Le contrat de Laterrière, par exemple, c'est l'un des seuls gros projets industriels de la région. Les raisons pour lesquelles on a réussi à se démarquer là-dessus, c'est qu'on a une expertise spécialisée dans ce domaine. Et aussi, on a de la disponibilité, ce qui nous rend plus compétitifs», explique Jean-Denis Toupin, directeur général de Proco.

Mais c'est un peu grâce au contexte que l'entreprise se démarque. En effet, le ralentissement a forcé Proco à diversifier ses marchés, explique M. Toupin.

«Parce que l'économie au Québec, dans le monde de la construction, est plus tranquille, on a fait les efforts nécessaires pour obtenir les accréditations pour fabriquer aux États-Unis. On a mainteant notre accréditation AISC (American Institute on Steel Construction). Ça nous permet de participer à des projets américains.»

Ce dernier parle notamment du stade des Falcons d'Atlanta. L'entreprise jeannoise a obtenu plusieurs sous-traitances pour la fabrication de pièces qui serviront à la toiture et aux murs extérieurs de la future maison de l'équipe américaine de football.

Au Québec, Constructions Proco fabrique également des pièces pour les accès temporaires du nouveau pont Champlain et la piste cyclable sur l'estacade.

L'entreprise jeannoise profite également du vaste chantier de la Cimenterie de Port-Daniel-Gascons

«C'est un gros projet industriel. On a plusieurs contrats dans ce projet et ça tient nos usines occupées. Principalement, on fabrique et installe la charpente métallique et le revêtement métallique», détaille Jean-Denis Toupin.

Même si M. Toupin se réjouit de tous ces contrats, il souhaite ardemment une vigoureuse reprise dans le milieu de la construction.

«Ça va bien. On a de beaux projets. Ils sont mis en lumière parce qu'il n'y en a pas gros. À pareille date, l'an dernier, on avait plus de 400 employés. Donc on a la capacité d'en prendre davantage», laisse tomber le directeur général de l'entreprise.

Le directeur de l'ingénierie chez Constructions Proco, Jean-Denis... ((Photo Jeannot Lévesque)) - image 2.0

Agrandir

Le directeur de l'ingénierie chez Constructions Proco, Jean-Denis Toupin.

(Photo Jeannot Lévesque)

Un projet gagnant pour la communauté...et l'entreprise

Constructions Proco laissera également sa marque sur la nouvelle passerelle en aluminium du 150e de la ville d'Alma. L'entreprise a accepté de faire don de la conception, de la fabrication et de la livraison d'un tablier d'aluminium d'une valeur de 250 000$. Actuellement en construction, le pont piétonnier surplombant la rivière Petite Décharge bonifiera le porte-folio de Proco qui réalisera son premier gros projet avec la technologie du soudage par friction-malaxage. «On cherche toujours à diversifier notre offre de produits. Les nouvelles technologies de soudure d'aluminium qui sont apparues récemment ne sont pas contrôlées comme il faut par les fabricants au Québec. Ce sont des technologies qui arrivent à grands pas, dont la soudure par friction-malaxage. Ça fait quelques projets qu'on soumissionne et dans lesquels ce type de soudure est exigé, mais on n'a pas d'expertise. C'est pour ça qu'on a accepté de faire ce projet-pilote pour avoir un porte-folio de soudure par friction malaxage et ensuite on va être capable de dire aux entreprises qu'on a une expertise là-dedans», explique Jean-Denis Toupin.

Un projet gagnant gagnant pour la communauté et l'entreprise, car après avoir réalisé le tablier en aluminium, Proco le lèguera à Alma. Pour réaliser ce projet, l'entreprise est accompagnée par le CEE-UQAC et le CQRDA, qui offre cette technologie de soudage par friction-malaxage. Une technologie qui permet d'effectuer des soudures à l'état solide sans faire fondre le matériau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer