Gestion du lac Saint-Jean : Entretien avec Étienne Jacques réclamé

Étienne Jacques... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Étienne Jacques

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le comité des parties prenantes sur la gestion du lac Saint-Jean confirme qu'il va tout faire pour que son scénario du niveau des eaux soit appliqué.

Une rencontre avec Étienne Jacques de Rio Tinto Aluminium est réclamée.

«Nous avons eu une rencontre mardi avec le comité élargi. Nous étions plus de 80 personnes. Et le consensus dégagé est toujours le même. Les gens sont encore plus mobilisés pour se faire entendre et veulent que ce soit le niveau de gestion du lac qui soit choisi. C'est pour cette raison que nous voulons rencontrer RTA pour en discuter. Nous trouvons que notre scénario n'est pas loin de ceux que la compagnie a privilégiés. On veut savoir les raisons qui ont mené à l'écarter», a commenté le préfet de la MRC Lac-Saint-Jean Est, André Paradis.

Le comité veut connaître la grille d'analyse qui a été utilisée. On craint que ce ne soit que des raisons économiques qui ont mené à cette décision.

D'ailleurs, Le Quotidien révélait la semaine dernière que les scénarios choisis par RTA étaient ceux qui leur faisaient perdre le moins d'argent. «Au moins, qu'ils nous donnent les chiffres. On veut savoir ce que ça représenterait en perte d'électricité, notre scénario. On aurait au moins une base sur laquelle discuter», ajoute Paradis.

Le comité des parties prenantes propose un niveau du lac Saint-Jean de 16 pieds en hiver, de 15,5 pieds du début juin à la fin septembre et de 15 pieds pour octobre et novembre.

Selon les calculs de RTA dont Le Quotidien a obtenu copie, un scénario qui implique un niveau à 16,5 pieds le printemps et à 15,5 pieds pour le reste de l'année provoquerait une baisse de production d'électricité de 5MW, soit 1,4 M$.

Comme il y a une différence de six pouces au printemps et à l'automne entre les deux scénarios, les pertes de revenus seraient encore plus importantes.

André Paradis souhaite en arriver à un terrain d'entente avec RTA.

«Moi, je pense que si tu as l'accessibilité sociale avant de te présenter au BAPE, c'est un avantage. Si on n'a pas d'entente, nous, on va déposer notre mémoire qui est issue d'un large consensus social obtenu entre les élus, les gens de Mashteuiatsh et les riverains. Les commissaires du BAPE trancheront».

Le préfet juge qu'une rencontre avec Étienne Jacques est la seule manière de dénouer l'impasse, car les représentants d'Énergie électrique de Rio Tinto ne montreraient plus aucune ouverture.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer