PQ: les troupes s'organisent pour Alexandre Cloutier

Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier.... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Le député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le signal de départ de la course au leadership n'a pas encore été donné que les militants péquistes de la région piétinent d'impatience de se lancer dans une nouvelle campagne aux côtés du député de Lac-Saint-Jean, Alexandre Cloutier. Plusieurs le voient diriger la formation politique pendant la prochaine campagne électorale.

Le président régional du Parti québécois, Sabin Gaudreault, n'a aucunement l'intention de demeurer neutre dans la campagne à la succession de Pierre Karl Péladeau. Le président régional ne peut contraindre les autres membres, mais est tout de même convaincu que celui qui a causé la surprise de la dernière course en récoltant 30 % des appuis pourra compter sur une très grande majorité des membres qui auront droit de vote.

«On peut imaginer ce que donnerait une campagne électorale contre les libéraux avec le tandem Alexandre Cloutier et Véronique Hivon à la tête du PQ. Avant, il doit y avoir une course, mais on sent déjà que les militants ont hâte de se mettre au travail», indique le président régional qui sera derrière Alexandre Cloutier, malgré l'énorme respect qu'il voue à la députée Véronique Hivon qui est devenue une incontournable de la politique québécoise avec le rôle qu'elle a joué dans tout le processus de l'adoption de la Loi sur l'aide médicale à mourir.

Depuis l'annonce du départ du chef, des militants péquistes et des députés affirment qu'il serait souhaitable d'avoir un plébiscite, pour éviter que les deux têtes d'affiche du PQ n'aient à se livrer une bataille aussi difficile que la course à l'investiture. Sabin Gaudreault ne partage pas nécessairement ce point de vue. Il est convaincu que Véronique Hivon et Alexandre Cloutier pourraient mener des campagnes constructives.

«Pendant la dernière course à l'investiture, Alexandre Cloutier a démontré que l'une de ses forces était sa capacité de se placer au-dessus de la mêlée et de présenter ses propositions à la population et non se contenter d'attaquer les autres. Les gens ont retenu cette qualité et je connais bien Véronique Hivon, elle est aussi capable d'agir de la sorte. Il serait donc possible d'avoir une course entre ces deux candidats sans que le parti ne vive une crise. Je n'ai aucun doute sur ce que j'avance», reprend le président régional.

Quant aux appuis chez les militants, Sabin Gaudreault n'a aucune raison de douter d'un front commun régional derrière le député de Lac-Saint-Jean. «Les gens se rappellent que nous avons organisé dans la région notre propre débat public auquel tous les candidats ont participé. Plus de 900 militants ont pris place dans la salle François-Brassard. Les adversaires ont rapidement compris lors des applaudissements qu'Alexandre Cloutier jouissait d'un appui très largement majoritaire dans la salle.»

Pour le moment, les députés sont prudents. Les militants s'expriment un peu plus ouvertement et l'exécutif péquiste dans Chicoutimi entend prendre position la semaine prochaine sur le rôle qu'il jouera dans la course. Le président Loïc Chartier admet que la candidature d'Alexandre Cloutier est très intéressante pour les jeunes, mais attend de connaître la position de ses collègues à l'exécutif avant d'aller plus loin.

En ce qui concerne la campagne, Sabin Gaudreault participera vendredi à une rencontre avec ses collègues des quatre coins du Québec pour fixer les règles. «On ne doit pas se lancer dans une longue campagne qui va coûter une fortune. Les gens sont déjà bien connus et ça doit se faire rapidement», a conclu le président régional.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer