Saint-Jean-Vianney: les survivants se souviennent

Plus d'une centaine de personnes ont assisté à... (Photo Le Quotidien, Laure Gagnon-Tremblay)

Agrandir

Plus d'une centaine de personnes ont assisté à la soirée de commémoration et à la présentation du projet de revitalisation du secteur de Saint-Jean-Vianney.

Photo Le Quotidien, Laure Gagnon-Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

STAGIAIRE / Il y a 45 ans, la municipalité de Saint-Jean-Vianney subissait la pire catastrophe naturelle de l'histoire du Québec. Le 4 mai 1971, 31 personnes décédaient dans un glissement de terrain. Parmi celles-ci, quelques-unes sont encore portées disparues. Malgré tout, il reste des survivants pour se souvenir de l'évènement et mercredi soir, ils se sont rassemblés afin de se revoir après toutes ses années.

Le Centre multiservice de Shipshaw résonnait des innombrables discussions entre la centaine de personnes qui s'étaient déplacées pour l'évènement. Organisé par la Corporation pour la sauvegarde et la valorisation de Saint-Jean-Vianney, le 5 à 7 réservé aux survivants était l'une des premières occasions pour ceux-ci de se rencontrer.

« Les gens se regardent et se disent ''Ah ! Je te connais ! '' Ça crée une belle atmosphère et c'est vraiment plaisant. Et les gens prennent des photos aussi ! Ça en prend énormément ! C'est plaisant à voir », mentionne le trésorier de la corporation, Hervé Leclerc.

En plus de la soirée réservée aux survivants, un spectacle, ouvert à toute la population, a rendu hommage aux souvenirs des anciens habitants de Saint-Jean-Vianney. Le disque, composé par Jocelyn Boucher et Bruno Simard, deux adolescents à l'époque, a été créé spécialement pour l'occasion. Il se nomme Devoir de mémoire.

Plusieurs personnalités politiques ont assisté à la représentation. On pouvait voir notamment les conseillers Julie Dufour, Josée Néron, Jonathan Tremblay, Carl Dufour, Sylvie Gaudreault et Claude Tremblay. Même le député de Jonquière Sylvain Gaudreault a participé à une partie de la soirée.

Même si l'évènement était une commémoration, les participants étaient loin d'être déprimés. D'ailleurs, la présidente de la corporation, Rolande Lavoie, a bien donné le ton de la soirée en racontant une anecdote cocasse sur sa jeunesse à Saint-Jean-Vianney lorsqu'elle s'est adressée à la foule. Mettant en vedette des lieux et personnes bien connues de tous, elle en a fait rire plus d'un.

« Ma génération est la dernière qui peut conter notre histoire. Alors c'est sûr qu'après nous, il n'y en aura plus qui pourront parler de la vie là-bas », explique-t-elle, pas peu fière du succès de la soirée.

D'ailleurs, plusieurs personnes n'ont pas hésité à raconter leur histoire de cette soirée fatidique. C'est le cas de Françoise Asselin, une résidente de Shipshaw qui a vécu la tragédie alors qu'elle avait une trentaine d'années. Même si elle-même n'était pas sur les lieux exacts du glissement de terrain, elle se rappelle des histoires de son frère et de son cousin qui ont été touchés directement.

« Cette nuit-là, il y avait un autobus qui ramenait des travailleurs, mais il y en avait un qui se dirigeait vers l'Alcan pour les travailleurs qui faisaient le chiffre de minuit à huit heures. Mon frère en faisait partie. Leur autobus s'est enlisé. Ils ont dû sortir par la porte arrière, parce que la porte avant était coincée. Et ça ne les a pas empêchés d'aller travailler ! », explique-t-elle.

Mme Asselin ajoute que son frère lui a raconté comment ils ont frappé dans les portes pour réveiller les habitants, avant de trouver un véhicule pour se rendre à l'usine et qu'en chemin, ils ont ramassé quelques enfants. « Ils se sont rendu compte qu'ils avaient des enfants avec eux une fois arrivés à l'Alcan ! », mentionne la dame.

Elle a également prêté main-forte à sa façon, en faisant partie de l'équipe qui a nourri les policiers et les intervenants dans les jours suivant l'évènement. « On était dans le sous-sol du couvent, tout juste en face de l'église. Il y avait des organisations et il y avait de grosses marmites. Je me souviens, ça brassait là-dedans ! Je me rappelle qu'il y avait les policiers et même le premier ministre Robert Bourassa qui était venu ! Il était arrivé en hélicoptère, c'était impressionnant ! », a raconté Mme Asselin.

Françoise Asselin, une dame qui a vécu la... (Photo Le Quotidien, Laure Gagnon-Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Françoise Asselin, une dame qui a vécu la tragédie, a assisté à la soirée de commémoration. Elle en a profité pour raconter une partie de ses souvenirs.

Photo Le Quotidien, Laure Gagnon-Tremblay

Un projet de parc régional sur la table

La Corporation pour la sauvegarde et la valorisation de Saint-Jean-Vianney a profité de la soirée de commémoration mercredi pour présenter son projet de mise en valeur du secteur. Leur but : permettre de rappeler toute l'histoire du terrain, en plus de régulariser les activités récréatives.

L'idée est de créer le Parc régional de Saint-Jean-Vianney/Shipshaw.

Ce projet sera présenté dans son ensemble à la Ville de Saguenay en automne, a mentionné la présidente de la Corporation, Rolande Lavoie. « C'est certain qu'il va nous rester à aller chercher du financement pour vraiment mettre le projet en oeuvre », a-t-elle tenu à préciser.

Cette idée de valoriser le secteur de Saint-Jean-Vianney ne date pas d'hier. « Depuis 1986 que je me bats pour ça. On avait déposé quelque chose, ça a été tassé. Quand on a voulu le présenter, la personne qui devait le faire continuer plus loin à refuser. À la fusion, le projet a été mis de côté. Il faut se battre encore. Sauf que maintenant, on a de l'espoir », a affirmé Mme Lavoie.

Dans le meilleur des mondes, a ajouté un des membres de la Corporation, Alain Blackburn, il y aurait des sentiers, des points de vue et un moyen de rappeler l'histoire pendant qu'on déambule dans le parc.

Le projet a été construit en partenariat avec l'organisme Eurêko ! .

« Pour nous, la mise en valeur de ce territoire est importante tant au niveau culturel, historique et naturel », a mentionné la chargée de projet d'Eurêko ! , Julie Bolduc, dans un discours présenté aux citoyens qui ont participé à la soirée de commémoration.

D'ailleurs, des scientifiques, des historiens et des musées, comme la Pulperie, ont tous participé à la mise sur pied de l'idée du Parc. « L'intérêt est là et les gens reconnaissent tout de suite la valeur du site », a affirmé Mme Bolduc.

Sous les applaudissements de la foule de plus de 100 personnes, des acteurs du milieu politique ont assuré leur support au projet.

La conseillère municipale dans Shipshaw, Julie Dufour, a affirmé qu'elle ferait tout en son pouvoir pour faire avancer les choses. De plus, le député provincial dans Jonquière, Sylvain Gaudreault, a tenu à manifester sa solidarité envers la population et son appui pour faire cheminer le projet à travers les différentes instances.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer