Bernard Noël démissionne comme président d'arrondissement

Le conseiller municipal Bernard Noël... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le conseiller municipal Bernard Noël

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le plaidoyer de culpabilité déposé par le conseiller Bernard Noël devant la Commission municipale du Québec (CMQ) lui a coûté son poste de président de l'arrondissement de Jonquière.

Quelques minutes après la séance du conseil, le maire de Saguenay, Jean Tremblay, a publié un communiqué de presse afin d'informer que Bernard Noël quitte ses fonctions de président de l'arrondissement de Jonquière.

Lors de la séance régulière du conseil de Saguenay, tenue lundi, la conseillère du district 8 (Shipshaw), Julie Dufour, avait déclaré que la situation actuelle a créé un grand malaise au sein de l'arrondissement de Jonquière. Selon elle, le conseiller aurait dû songer à démissionner de son propre chef de son poste de président d'arrondissement et même de conseiller municipal.

«Il y a un an et demi, on vous avait demandé de prendre une pause de votre poste de président d'arrondissement. J'ai été surprise de prendre connaissance de votre plaidoyer de culpabilité, samedi matin. Vous n'avez plus ma confiance», a déclaré Mme Dufour en début de séance.

Le maire Tremblay est intervenu pour informer la conseillère Dufour qu'elle devrait conserver une réserve dans ce dossier puisqu'il reviendra à la CMQ de prononcer la sanction alors que, lundi prochain, la commission sera présente dans la région.

Discours critique de Carl Dufour

Lors d'un point de presse tenue après le conseil, le conseiller Carl Dufour, entouré de certains élus jonquiérois, dont Jonathan Tremblay, Julie Dufour et Christine Boivin, a tenu un discours critique sur la façon dont les choses se sont déroulées. M. Dufour a déclaré que les élus présents au sein de l'arrondissement se donnent une ligne de conduite à adopter sauf que certains n'hésitent pas à déroger de ces lignes pour ne faire qu'à leur manière.

«Je trouve ça dommage. Il va falloir se regarder dans le miroir. Devant le miroir, on se donne des lignes de conduite depuis un an et demi. À Jonquière, chacun est différent, il y a deux partis politiques. Ça fait un an et demi que l'arrondissement piétine. Nos fonctions sont de travailler pour l'ensemble de la population. Il y a des organismes qui paient pour ça.»

Pour leur part, les conseillers jonquiérois ont dit souhaiter qu'il ne soit pas de leur responsabilité de faire pression sur M. Noël pour que celui-ci quitte ses fonctions de président d'arrondissement. Le conseiller Tremblay a mentionné qu'il n'a pas besoin d'attendre la sentence pour avoir une idée.

Parmi les questions qui demeurent, il y a celle de savoir à quoi a plaidé coupable M. Noël en fonction de la plainte reçue. Selon les informations obtenues, Bernard Noël a plaidé coupable d'avoir contrevenu au Code de déontologie des élus municipaux, entre autres aux articles 5.3.4 et 5.4, en se plaçant en situation de conflit d'intérêts. Il avait utilisé de l'argent public fourni par Promotion Saguenay pour effectuer un voyage à Nice en compagnie de son épouse et sa fille sans autorisation du conseil d'administration de la Coupe des Nations, dont il était président.

Une autre plainte a été déposée contre le maire Jean Tremblay sous le motif qu'il aurait utilisé ses fonctions de maire pour octroyer un avantage personnel au conseiller Noël pour utiliser le versement de fonds nécessaires au voyage à Nice. Selon les informations obtenues de la CMQ, le maire Tremblay n'a pas déposé de plaidoyer concernant cette plainte.

En vertu des sanctions prévues au Code de déontologie de Saguenay, M. Noël pourrait être réprimandé publiquement ou faire l'objet d'une suspension pour une période maximale de 90 jours.

Rappelons qu'en vertu de la Loi sur les élections et référendums dans les municipalités, la sanction est plus lourde puisqu'elle prévoit l'inhabilité à siéger pour une période de cinq ans en cas de culpabilité.

Le poste de président d'arrondissement est pourvu d'une rémunération de 12 374$.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer