Demandes de RTA: Alain Proulx lance un appel à la résistance

Le site d'entreposage des résidus de bauxite de... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le site d'entreposage des résidus de bauxite de l'usine d'alumine Vaudreuil.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

L'ex-syndicaliste et coordonnateur des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA), Alain Proulx, a lancé un appel à la résistance face aux nombreuses demandes de Rio Tinto Aluminium (RTA), entre autres choses dans le dossier de l'aménagement d'un nouveau site d'entreposage des résidus miniers.

Lors de la période de questions, M. Proulx a lancé une mise en garde sur le lobbying de l'entreprise en cette période de difficultés économiques. « Ils vont toujours être plus exigeants. Parlez-en aux entrepreneurs et sous-traitants, aux ingénieurs qui ont été remerciés et qui sont embauchés par Adecco à 25 % moins cher. C'est une multinationale qui a renégocié les baux de la rivière Péribonka et qui n'a rien donné en retour. »

Il a ajouté qu'à défaut de changer d'attitude, le Saguenay-Lac-Saint-Jean fera travailler ses enfants à la moitié des salaires obtenus par la génération précédente. Selon lui, il est temps que la région cesse de réagir toujours par la peur sous les menaces en proposant que les élus adoptent une attitude de résistance afin d'exiger son dû à la suite de l'utilisation des ressources naturelles.

Alain Gagnon surpris

Présent lui aussi à la séance du conseil, le président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), Alain Gagnon, s'est dit surpris par le discours de l'ex-leader syndicaliste. M. Gagnon a précisé que l'aménagement du nouveau site d'entreposage ne nécessitera pas la coupe d'un arbre avant 2026 tout en prêchant la patience. Il a rappelé que dans le dossier du traitement de la brasque, des solutions ont été avancées pour trouver une nouvelle vie à ce résidu dangereux tout en espérant que ce soit la même chose pour les résidus de bauxite. « Il faut jouer avec doigté dans ce dossier. Si on avait une économie florissante, ce serait différent. La modernisation dans l'électronique touche tous les secteurs de la société, y compris les banques. »

M. Gagnon a ajouté qu'il est faux de prétendre que tout le monde travaille à la moitié du salaire de la génération précédente puisque les 675 travailleurs de Vaudreuil ont encore des salaires RTA.

M. Gagnon a conclu en affirmant que le syndicat qu'il dirige n'a pas besoin d'utiliser une grande mobilisation pour que les travailleurs de Vaudreuil s'impliquent dans le débat public.

Lors de la parole au public, la présidente du comité de Citoyens pour un Vaudreuil durable (CVD), Lana Pedneault, est intervenue en accusant le maire Jean Tremblay d'avoir laissé tomber les contribuables en permettant que le projet d'expansion soit assujetti à un Plan d'implantation et d'intégration architecturale (PIIA) qui pourrait faire en sorte que des chemins, équipements et bâtiments soit installés dans la zone tampon.

Le maire Tremblay a répliqué que cette demande avait été accordée parce que RTA aura besoin d'accéder à la zone pour des mesures de contrôle et autres qui nécessiteront l'autorisation du conseil municipal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer