Nouveaux locaux de la FIQ inaugurés

La présidente du Syndicat des professionnelles en soins... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

La présidente du Syndicat des professionnelles en soins de santé Lac-Saint-Jean-Est, Audrey Blackburn, la présidente du SPSICR du CSSS Maria-Chapdelaine, Colette Paradis, la présidente du SPSIC du CSSS de Chicoutimi, Martine Côté, la présidente de la FIQ, Régine Saint-Laurent, et la présidente du SPSIC du CSSS de Roberval, Sandra Chiasson, ont inauguré les nouveaux locaux de la Fédération interprofessionnelle de la santé à Saguenay.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) a inauguré, lundi, ses nouveaux locaux sur la rue Racine, à Saguenay. La présidente de la FIQ, Régine Laurent, était sur place pour participer à l'événement, en plus des présidentes des syndicats de la région et de quelques militantes.

«On trouve que c'est important d'avoir un centre dans les régions pour être proches des gens», a mentionné Mme Laurent lors d'un point de presse.

Même des membres du syndicat de la Côte-Nord étaient présents lors de l'inauguration, un point que Mme Laurent a tenu à souligner. «Même s'il y a des gens qui sont plus loin et que le transport est plus difficile, tout le monde est présent. Pour moi, ça prouve un sentiment d'appartenance. Les gens de la région ont toujours travaillé ensemble, fonctionné ensemble. Aujourd'hui, c'est un peu la fête, alors c'est important que tout le monde fête ensemble», a-t-elle mentionné.

Les nouveaux locaux sont plus grands que les anciens, a expliqué la conseillère syndicale Louise Ménard, en faisant le tour du bureau. «Avant, c'était vraiment plus petit et plus vieux. Ceux-ci sont beaucoup plus fonctionnels et c'est plus plaisant de travailler!», a-t-elle ajouté.

Dans l'espace réservé à la FIQ, on retrouve un endroit pour la secrétaire, deux bureaux pour les conseillers syndicaux, une grande salle de conférence en plus d'une salle de vidéoconférence.

«Un gouvernement de médecins»

La présidente de la FIQ, Régine Laurent, a profité de son passage dans les nouveaux bureaux saguenéens du syndicat pour déplorer l'acharnement du gouvernement d'être un «gouvernement des médecins» au lieu d'être un «gouvernement des patients».

Mme Laurent croit que le Parti libéral gagnerait à développer des cliniques de «nursing», comme SABSA, à Québec, une clinique d'infirmières praticiennes.

«Des chercheurs de l'Université Laval et de l'Université de Montréal ont prouvé que cette clinique répondait aux besoins de la population. C'est beaucoup plus accessible et une bonne partie de la clientèle est délaissée par le reste du réseau de la santé», explique-t-elle.

Mme Laurent croit qu'investir dans ces cliniques «nursing» permettrait plus de proximité et répondrait aux besoins de la clientèle vivant dans les milieux plus ruraux.

«Ce qu'on comprend dans le projet des supercliniques, c'est qu'elles vont être installées là où il y a une densité de population. Les régions plus ou moins rurales risquent donc de ne pas en avoir. Ça m'enrage. Tout le monde devrait avoir droit à l'accessibilité», raconte-t-elle.

Elle avoue toutefois que la clinique SABSA éprouve quelques difficultés financières et que le ministre Gaétan Barrette estime que ce serait un projet trop cher. Par contre, elle mentionne qu'on ne connaît toujours pas le coût de la création de la cinquantaine de supercliniques prévues. «Ça n'a pas l'air de déranger M. Barrette si ça touche les médecins», souligne-t-elle.

«Je comprends qu'idéologiquement, M. Barrette préfère toujours avoir une porte d'entrée médicale. Sauf que c'est contesté partout. Ce n'est pas vrai que toute la population doit faire affaire avec un médecin tout le temps», conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer