La mauvaise surprise d'El Niño

El Niño réservait une mauvaise surprise aux Québécois, constate Environnement... (Photo 123RF)

Agrandir

Photo 123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

El Niño réservait une mauvaise surprise aux Québécois, constate Environnement Canada dans son bilan du mois d'avril. En effet, l'hiver doux laissait présager un printemps tout aussi doux et hâtif, mais l'intensité rapidement décroissante du phénomène d'eaux chaudes dans le Pacifique s'est traduite au Québec par un dur retour du balancier avec un mois d'avril contrastant fortement avec ses prédécesseurs.

En effet, notent les météorologues, après quatre mois de températures généralement au-dessus des normales, le temps froid est revenu en avril au grand désespoir de bien des Québécois et Québécoises. Dans la plaine du Saint-Laurent et au sud, le mercure a été en moyenne de 1 à 2 degrés sous les normales alors que plus au nord, ces anomalies ont atteint 3 à 5 degrés sous les moyennes mensuelles. Selon André Cantin, météorologue, la moyenne a été de 3,4 degrés Celsius dans notre région, ce qui fait d'avril 2016 un mois que l'on peut qualifier de froid à très froid. La dernière semaine complète d'avril a été particulièrement froide avec des températures près des records historiques.

Dans le Sud du Québec et l'Est ontarien, une analyse spatiale sur tout le territoire montrant une température moyenne mensuelle de 3 à 5C sous la normale comme cette année est assez rare. En fait, seuls deux mois d'avril par le passé ont été plus froids depuis 1900 soit 1926 et 1947 du plus froid au moins froid. Avril 2016 se classe donc au troisième rang.

Du point de vue des précipitations le mois a été plutôt sec, la plupart des régions ayant subi un déficit de précipitations totales entre 10 et 25 pour cent faisant en sorte que la neige au sol s'est évaporée plutôt que de ruisseler. Le temps frais de la fin avril s'étirera jusque dans la première semaine de mai. Malgré un retour graduel à des températures plus près des normales, les températures vraiment douces se pointeront à peine pour la fête des Mères. Par la suite, les amateurs de café-terrasses devront s'armer de patience le reste du mois, car les températures oscilleront entre près des normales ou légèrement en dessous.

Conséquence du temps généralement frais, les précipitations devraient demeurer sous les normales pour l'ensemble du mois. Toutefois, il ne faut pas se décourager, note M. Cantin, puisque même si les prévisions précises pour l'été ne sont pas émises encore, les modèles tendent vers une saison plus chaude que la normale.

Prêt pour un autre choc? Après l'hiver doux d'El Niño, le prochain sera sous l'influence de La Niña. La Niña, c'est le contraire d'El Niño, mais en moins intense, avertit André Cantin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer