Le corps de police d'Obedjiwan reprendra du service le 1er mai

La communauté d'Obedjiwan compte 2500 habitants.... (Courtoisie)

Agrandir

La communauté d'Obedjiwan compte 2500 habitants.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le corps de police d'Obedjiwan va reprendre du service à partir du 1er mai prochain. Le conseil de bande s'est entendu avec les gouvernements du Canada et du Québec.

La Sûreté du Québec avait pris la relève du service autochtone le 1er avril en raison de l'échec des négociations concernant son financement. Cette situation était la conséquence du refus du gouvernement du Québec de respecter une entente conclue l'an dernier en vertu de laquelle la province devait assumer le déficit du service policier de 600 000$.

«Nous n'avons pas obtenu pleine satisfaction et des discussions se poursuivent toujours pour régler certains aspects financiers. Tout de même, nous sommes en mesure d'annoncer qu'un terrain d'entente avec les gouvernements a été trouvé afin d'assurer le retour du service de police d'Obedjiwan», a déclaré le chef des Atikamekw d'Obedjiwan, Christian Awashish.

Au cours des dernières semaines, le chef a multiplié les discussions avec les deux paliers de gouvernement, afin de trouver une solution à court terme visant à permettre le retour de la police communautaire. Le chef Awashish compte maintenant poursuivre ses démarches en vue d'une solution permanente à la problématique de financement de la sécurité publique dans sa communauté.

Selon le chef Awashish, les policiers du service de police autochtone d'Obedjiwan ont une meilleure connaissance des enjeux, du terrain, de la culture et des besoins de la communauté et sont donc les mieux placés pour assurer la sécurité publique à Obedjiwan. «La sécurité publique de la communauté est beaucoup mieux desservie par notre propre corps de police autochtone qu'elle ne peut l'être par la Sûreté du Québec. Aussi, la communauté respire mieux maintenant et se réjouit du retour de ses policiers», a déclaré le chef Christian Awashish.

«Les négociations avec le gouvernement du Québec n'ont pas été faciles, mais je tiens à souligner les efforts déployés par le ministre Martin Coiteux et les membres de son cabinet. J'apprécie aussi le travail des employés de Sécurité publique Canada qui a permis d'en arriver à une entente in extremis. Le financement qui est accordé à notre corps de police n'est pas encore à la pleine hauteur des besoins, mais tout de même suffisant pour réinstaurer notre service, en souhaitant que nos discussions se poursuivent en vue de trouver une solution à long terme», a-t-il indiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer