Lana Pedneault nie être en conflit d'intérêts

Lana Pedneault est présidente du comité Citoyens pour... (Archives, Le Quotidien)

Agrandir

Lana Pedneault est présidente du comité Citoyens pour un Vaudreuil durable.

Archives, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La présidente du comité Citoyens pour un Vaudreuil durable (CVD), Lana Pedneault, réfute les arguments de ceux qui l'accusent d'être en conflit d'intérêts ou de vouloir défendre les intérêts de membres de sa famille.

Des informations ont circulé voulant que certains d'entre eux puissent être propriétaires de terrains qui seraient touchés par l'ouverture d'un nouveau site de boues rouges de Rio Tinto Aluminium (RTA).

En entrevue au Quotidien, celle qui est à la tête du CVD depuis octobre dernier, comme présidente et responsable des communications externes, affirme que son implication au sein du comité n'est que citoyenne et ne vise qu'à défendre les intérêts généraux du public, surtout en ce qui a trait aux impacts sur la santé des citoyens. «La seule propriété que j'ai est ma résidence de la rue Jeanne-Mance où je vis très humblement. J'ai peur d'être intimidée. Je peux confirmer que mon intérêt est d'être une citoyenne avisée. Je n'ai pas peur de m'exprimer. Je n'ai aucun intérêt auprès de RTA ou de la Ville. Je n'ai aucun intérêt financier là-dedans», déclare-t-elle.

Le père de Mme Pedneault, Normand, un entrepreneur en construction bien connu à Chicoutimi et qui s'est illustré, notamment, comme témoin devant la Commission Charbonneau pour dénoncer les méthodes utilisées par Rambo, a été propriétaire de terrains situés à l'ouest de Chicoutimi. Il a mentionné que la plus grande superficie de ses terrains a été revendue au Groupe Boivin, ajoutant toujours être propriétaire d'une bande de terrain entre le garage municipal et la côte de la Réserve jusqu'à la limite de la piste cyclable aménagée sur l'ancien chemin de fer. Il affirme que le terrain qu'il possède n'offre que très peu de possibilités de développement, ce qui l'amène à dire qu'il n'a aucun intérêt dans le projet.

En ce qui a trait à Mme Pedneault, elle soutient que Saguenay a modifié en catimini son projet de modification du règlement de zonage pour y inclure des chemins connexes et des bâtiments, ce qui contreviendrait aux engagements de l'entreprise concernant le respect du périmètre de 500 mètres de la plus proche résidence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer