Le FSC international modifie l'échéancier

Le ministre des Forêts, de la Faune et... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, Laurent Lessard, s'est récemment  rendu en Allemagne pour expliquer dans le cadre d'un colloque FSC que la Résolution 65 sur les forêts intactes n'était pas nécessairement applicable dans la province.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Forest Stewardship Council international entend modifier l'échéancier pour l'application de la nouvelle norme boréale canadienne qui encadrera la protection des forêts intactes via la protection des paysages ainsi que la notion du consentement préalable, libre et éclairé des peuples autochtones.

L'organisme a surpris tout le monde en publiant mardi un long communiqué dans lequel il est mentionné que sa filière FSC Canada a besoin de plus de temps pour fondre en une seule norme les quatre normes en ce moment utilisé pour accorder la certification. Cette décision survient alors que FSC traverse une importante crise au Canada avec la perte de millions d'hectares de forêt découlant des enjeux liés au caribou forestier et au consentement des communautés autochtones en plus de la décision de certaines grandes entreprises comme Résolu et Arbec de tout simplement laisser « mourir » les certificats sans les renouveler.

« Le secrétariat du FSC international a mis en garde le conseil d'administration que la date limite pour intégrer la Résolution 65 dans les normes nationales d'aménagement forestier - actuellement fixée à la fin de 2016 - crée considérablement d'anxiété au Canada et menace de perturber les processus en cours visant à recueillir des pistes de solution nationales et représentatives de toutes les chambres à parts égales pour protéger les paysages forestiers intacts (PFI) du Canada », stipule le communiqué.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, Laurent Lessard, s'est rendu en Allemagne pour expliquer dans le cadre d'un colloque FSC que la Résolution 65 sur les forêts intactes n'était pas nécessairement applicable dans la province qui détient les plus grandes superficies FSC du Canada. Pour le ministre Lessard, la forêt boréale située au nord de la limite des forêts attribuées constitue un tout et pour le gouvernement, l'objectif de protéger les paysages forestiers et les forêts intacts est atteint.

Lors de son passage au Québec pour tenter de trouver une sortie de crise dans le dossier de la papetière Résolu, le directeur général du FSC international, Kim Carstensen, avait été clairement avisé par les industriels qu'entre la norme FSC et les approvisionnements, les entreprises allaient choisir les approvisionnements. Ils évoquaient déjà l'impossibilité d'appliquer la Résolution 65 sans provoquer une diminution massive des approvisionnements.

« Le FSC Canada reconnaît que, pour être pertinente et réaliste, la nouvelle norme doit être soumise à une analyse et faire l'objet d'un consensus. Il tiendra donc compte des besoins de tous les membres afin d'assurer que la norme d'aménagement forestier nationale reflète les intérêts de toutes les parties prenantes au Canada. La nouvelle norme couvrira des enjeux propres au pays, dont le consentement libre, préalable et éclairé des Premières Nations ainsi que la protection de l'habitat du caribou forestier », précise le communiqué.

Le président de FSC Canada, François Dufresne, rappelle que 80 % des produits forestiers canadiens sont destinés à l'exportation. Il indique que FSC constitue dans ce contexte un avantage indiscutable pour les entreprises qui ont ainsi un accès aux marchés internationaux. Le siège social international de FSC est même disposé à ajouter des ressources additionnelles au Canada pour assurer une transition fluide vers la norme unique au Canada. Cette nouvelle norme devrait être prête au début de 2017 alors que l'échéancier de départ prévoyait la mise en oeuvre à la fin de 2016.

Au cours d'un entretien téléphonique, le président de FSC Canada a indiqué que plusieurs décisions du gouvernement du Québec concernant les Cris, la politique caribou et les aires protégées nécessitaient une analyse. Ces décisions permettent un « recroisement » d'intérêts selon François Dufresne et FSC Canada semble croire qu'il sera possible d'en arriver à des solutions pour l'établissement de la nouvelle norme.

« Plusieurs détenteurs de certificat ont émis des commentaires suite à la première consultation. Nous avons recueilli 500 pages de commentaires et les gens veulent que ça marche », a repris François Dufresne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer