Vie plus dure au Saguenay avec le salaire minimum

Que vous soyez seul, chef d'une famille monoparentale ou encore en couple avec... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

Que vous soyez seul, chef d'une famille monoparentale ou encore en couple avec deux enfants et que vous travaillez au salaire minimum, mieux vaut ne pas vivre à Chicoutimi ou Sept-Îles. Montréal, Québec ou même Trois-Rivières, selon votre statut familial, peut représenter un meilleur choix. Pour ne pas être considérée comme pauvre, une famille de quatre personnes a besoin d'un revenu annuel de 52 928 $ à Montréal, 52 447 $ à Québec, 49 517 $ à Trois-Rivières, 56 075 $ à Chicoutimi et 57 810 $ à Sept-Îles.

C'est la conclusion d'une étude menée par l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques rendue publique mercredi matin. Depuis quelques années, l'IRIS détermine le salaire dont ont besoin les travailleurs seuls ou chefs de famille de Québec et Montréal pour combler leurs besoins de base tout en ayant suffisamment de ressources pour se sortir de la pauvreté, par exemple en retournant aux études. Cette année, il a ajouté Trois-Rivières, Chicoutimi et Sept-Îles.

Que vous soyez seul, chef d'une famille... (Infographie Le Quotidien) - image 2.0

Agrandir

Infographie Le Quotidien

Que vous soyez seul, chef d'une famille... (Infographie Le Quotidien) - image 2.1

Agrandir

Infographie Le Quotidien

Pour le Québec, le taux est de 15,10 $ l'heure, soit 4,35 $ de plus que le salaire minimum actuel. Mais le chiffre varie selon le lieu de résidence et le statut familial. À Montréal, par exemple, une personne seule aura besoin de 15,78 $, une personne monoparentale avec un enfant de 12,64 $, et deux adultes qui travaillent à temps plein avec deux enfants 13,98 $.

Cet écart, explique l'IRIS, vient du fait que les familles reçoivent des revenus supplémentaires de la part des gouvernements, faisant en sorte que leur revenu disponible est supérieur aux gains (voir autre texte).

Au Saguenay (l'étude porte sur le territoire de Chicoutimi), une personne seule doit gagner 18,11 $ l'heure, 17,60 $ si elle est monoparentale, et 15,68 $ si elle est en couple avec deux enfants.

Transport en commun

Mais comment se fait-il que le coût de la vie est supérieur au Saguenay où le loyer coûte beaucoup moins cher que dans la Métropole ?

Essentiellement, relèvent les chercheurs Philippe Hurteau et Minh Nguyen, c'est en raison du transport en commun. Selon eux, on ne peut compter là-dessus au Saguenay. « Pour les cas de figure de Québec, Trois-Rivières et Montréal, nous avons inclus une voiture ainsi qu'un titre mensuel pour le transport en commun. Pour les villes de Saguenay (Chicoutimi) et de Sept-Îles, nous avons plutôt choisi d'inclure dans le panier de dépenses deux voitures et aucun budget de transport en commun, pour la simple raison qu'avoir une seule voiture pour un ménage à quatre dans ces localités rend le quotidien trop compliqué à gérer, surtout parce que l'offre ne correspond pas aux besoins des ménages », écrivent les auteurs.

Que vous soyez seul, chef d'une famille... (Infographie Le Quotidien) - image 3.0

Agrandir

Infographie Le Quotidien

Pour faire leurs calculs, ils ont énuméré tout ce dont un ménage a besoin. Pour l'Hydro, par exemple, ils ont appliqué les mêmes montants de dépenses, car l'électricité est le même prix partout. Même chose pour les vêtements, les assurances, le téléphone, l'Internet, les sorties familiales, les meubles, soins personnels. Ils ont tenu compte des différences pour le panier d'épicerie, plus cher dans les régions éloignées, le logement, qui y est moins cher, et les coûts de transports. Selon l'étude, se déplacer à Montréal coûte 7500 $ à une petite famille, mais 12 000 $ au Saguenay.

Une personne seule aura besoin de 22 327 $ pour vivre à Trois-Rivières et 27 966 $ à Chicoutimi, une famille monoparentale aura aussi un meilleur sort dans la capitale de la Mauricie avec un revenu de 30 677 $ pour subvenir à ses besoins, soit 7000 $ de moins qu'à Chicoutimi.

Dépenses communes aux cinq villes

Vêtements et souliers (3468 $)

Électricité (1640 $)

Téléphone (600 $)

Assurances (240 $)

Internet (660 $)

Câblodiffuseur (456 $)

Vacances de famille (2000 $)

Sorties familiales (1535 $)

Meubles (1361 $)

Soins personnels (908 $)

Soins dentaires (304 $)

Soins des yeux (230 $)

Frais de garde en CPE (4199 $)

Fonds d'urgence (2050 $)

Livres et papeterie (609 $)

Médicaments et soins de santé (15 000 $)

Autres services (1500 $)

Le salaire minimum n'est pas viable

L'une des premières conclusions que tire l'IRIS de son étude est que le salaire minimum en vigueur au Québec n'est pas considéré comme viable, c'est-à-dire suffisant pour satisfaire les besoins de base et participer à la vie culturelle, politique et économique de son milieu, tout en lui donnant une marge de manoeuvre pour changer sa situation socioéconomique. Et ce, peu importe où l'on vit dans la Belle province.

Malheureusement, contrairement au discours voulant que le salaire minimum soit le lot des étudiants, l'étude révèle également qu'il touche un million de personnes, soit 26 % des travailleurs québécois. Parmi eux, 59 % sont des femmes et 59 % ont plus de 25 ans. La pauvreté touche donc directement les familles.

Toutefois, il faut mettre un bémol, car les transferts et crédits d'impôt mis en place par Québec et Ottawa font en sorte qu'une petite famille travaillant au salaire minimum voit son revenu disponible bonifié et dispose donc de plus d'argent qu'elle en gagne.

Ainsi, une personne seule travaillant au salaire minimum devrait avoir un trou de 8874 $ dans son budget annuel si elle vit à Chicoutimi, 6000 $ à Montréal et seulement 3235 $ à Trois-Rivières. Le filet social comble une partie de ce déficit pour la famille de quatre dont le trou n'est plus que de 6858 $ à Chicoutimi, 3711 $ à Montréal et 300 $ à Trois-Rivières. La famille monoparentale devra trouver 4671 $ pour boucler son budget à Chicoutimi, 1175 $ à Montréal, mais jouira d'un surplus de 2000 $ en Mauricie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer