Mort suspecte d'une femme de 28 ans : une enquête criminelle est ouverte

Auto-patrouille de la Sûreté du Québec.... (Photo courtoisie)

Agrandir

Auto-patrouille de la Sûreté du Québec.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les policiers de Saguenay ont ouvert une enquête criminelle sur la mort suspecte d'une femme de 28 ans, survenue mercredi, à Chicoutimi. Une perquisition a été effectuée le même jour dans le logement de la rue Saint-Luc où une serre d'une centaine de plants de cannabis a été démantelée.

Les services d'urgence ont reçu un appel tôt mercredi matin, peu après 5h30, pour une femme en arrêt cardiorespiratoire. C'est à ce moment que la présence de stupéfiants et de plants de cannabis a été constatée, indique le porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), Bruno Cormier.

Vers 13h, les enquêteurs des projets spéciaux se sont ensuite rendus dans le logement de la rue Saint-Luc. Ils y ont saisi 93 plants de cannabis, 65 grammes de cannabis, sept grammes de cocaïne, ainsi que 505$ en argent, pour un total de plus de 122 000$. Un homme de 32 ans a été arrêté, et accusé de culture de cannabis, de possession de cannabis, de possession de cocaïne et de recel d'argent.

Analyses toxicologiques

La jeune femme a pu être réanimée, mais est décédée plus tard en soirée à l'hôpital de Chicoutimi. Les enquêteurs attendent les résultats d'analyses toxicologiques pour en savoir davantage sur les causes de sa mort.

«Beaucoup de médicaments ont aussi été trouvés sur place. Est-ce qu'il pourrait y avoir eu un mélange de drogue et de médicaments? C'est ce que les analyses toxicologiques pourront dire», a mentionné l'agent Cormier, lundi, au Quotidien. Il est toutefois impossible à ce stade-ci de l'enquête d'affirmer que sa mort a été causée par la consommation de drogues, précise-t-il.

Selon les conclusions de l'enquête menée par le bureau des enquêtes criminelles de la SPS, d'autres chefs d'accusation pourraient être portés contre l'homme arrêté dans le logement.

Le coroner au dossier, Me Sylvain Truchon, s'est rendu à l'hôpital de Chicoutimi, mercredi, en soirée. «Je suis au début de mon enquête, et je ne connais ni les causes ni les circonstances du décès», a-t-il indiqué lors d'un entretien téléphonique.

Dans le cas d'une enquête criminelle menée par les policiers, le coroner doit toutefois attendre que l'enquête et le processus judiciaire qui peut en découler soient terminés avant de déposer son propre rapport.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer