Citoyens en colère à Lamarche

Le chemin du Lac-Miquet devient presque impraticable au... (Le Quotidien, Dominique Gobeil)

Agrandir

Le chemin du Lac-Miquet devient presque impraticable au printemps.

Le Quotidien, Dominique Gobeil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des résidants de Lamarche, découragés par la gestion difficile de la localité du Lac-Saint-Jean qui affecte négativement son développement, ont décidé de se regrouper pour réclamer plus de transparence au sein d'un conseil municipal unifié.

«Nous avons un beau village. Il faut que ses habitants se sentent bien et qu'il soit positivement administré», résume une des fondatrices du comité de citoyens, Sandra Girard.

Formé depuis octobre, le regroupement sort publiquement pour la première fois, estimant que la situation est de plus en plus urgente.

«Nous voulons faire valoir les principes de légalité, de neutralité, de liberté, de fraternité et de démocratie», poursuit-elle. Ces principes, les membres du comité n'ont pas l'impression qu'ils sont respectés, même si la municipalité a été en tutelle entre 2011 et 2013 afin de calmer les tensions entre les conseillers et de créer un climat propice à une saine administration. «C'est même pire», se désolent les citoyens.

Le comité a déjà plusieurs appuis dans la population, mais il demande aux quelque 550 habitants de s'impliquer plus, non pas pour «chialer», mais pour trouver des solutions.

Le groupe s'intéresse notamment aux finances de la municipalité.

«Quand on regarde les chiffres, on voit de grosses sommes qui sont déboursées pour certains secteurs, mais les dépenses ne sont pas détaillées. L'argent est transféré un peu n'importe comment, explique le citoyen Michel Morin. Quand on compare avec les budgets d'autres municipalités qui ont à peu près le même nombre d'habitants, on voit que tout est décrit consciencieusement et on sait clairement pour quoi l'argent est utilisé.»

Sa conjointe Martine Gagnon déplore que peu ou pas de réponses sont fournies lorsque des questions sont posées aux conseillers municipaux. «Pourquoi on ne peut pas nous répondre? Ça donne l'impression qu'il y a anguille sous roche. On ne comprend pas.» Mme Girard renchérit. «On le sait qu'on dérange, mais si tout était correct, on ne dérangerait personne!»

Cette dernière aimerait bien voir l'harmonie régner à Lamarche, comme c'est le cas dans les autres municipalités. «On a voté pour que les conseillers travaillent ensemble, pour le bien de la population. Tout le monde n'est pas obligé d'avoir la même idée, mais tous devraient avoir le droit de parole.»

Dernièrement, une séance du conseil a même dû être annulée puisqu'elle avait été boudée par les conseillers. Certains étaient mécontents du retour du conseiller Jean-Luc Savinsky, arrêté en décembre pour menaces envers un de ses collègues puis acquitté.

La Commission municipale du Québec avait aussi mené son enquête et faisait état de népotisme dans un rapport, en 2012.

«Ça nous a fait apprendre un nouveau mot! C'est exactement ça qu'on ressent. On dirait que les règles ne sont pas pareilles pour tout le monde, et que c'est plus facile pour les proches de ceux qui ont du pouvoir à la municipalité», conclut Martine Gagnon.

Les Lamarchois Martine Gagnon et Michel Morin exploitent... (Le Quotidien, Dominique Gobeil) - image 2.0

Agrandir

Les Lamarchois Martine Gagnon et Michel Morin exploitent la résidence de tourisme Aux rêveries cool.

Le Quotidien, Dominique Gobeil

L'état des chemins fait fuir la clientèle

Les propriétaires de l'auberge Brise du lac Tchitogama et de la résidence de tourisme Aux rêveries cool, à Lamarche, se sentent tellement peu soutenus par la municipalité qu'ils songent à abandonner leur exploitation, même s'ils connaissent du succès. L'entretien des chemins d'accès laisse à désirer, au point que des réservations doivent parfois être annulées puisque les touristes ne pourraient pas faire le trajet de façon sécuritaire.

«Lamarche se définit comme un paradis des activités récréotouristiques, mais elle ne fait rien pour nous soutenir, alors que notre travail est justement d'héberger les touristes», met en relief le Lamarchois Renald Lessard, aussi membre du comité de citoyens. Il a quitté la région de Québec il y a quelques années pour exploiter l'auberge Brise du lac Tchitogama avec sa femme Nicole Dupont, alors qu'ils étaient tombés amoureux du coin.

«À Lamarche, on a une belle nature, des montagnes, des lacs, des sentiers pédestres, des croisières, des commerces, des campings... On oublie trop souvent ces points positifs avec tout ce qui se passe», décrit-elle.

Le Quotidien les a rencontrés plus tôt cette semaine, en compagnie des propriétaires de la résidence Aux rêveries cool, Martine Gagnon et Michel Morin. L'accès au charmant site d'hébergement dans le secteur du Lac-Miquet était presque périlleux, puisqu'un véhicule tout terrain aurait sans doute été plus pratique qu'une voiture pour circuler à travers la boue et les trous sur la route.

«Nous sommes présentement dans la pire période. D'avril à juin, je ne peux pas louer à personne. Le chemin est parfois impraticable. Même nous, les résidants qui habitent là toute l'année, on risque souvent des accidents», exprime Mme Gagnon, qui accueille plusieurs Européens dans son gîte certifié quatre étoiles.

Les citoyens ont tenté plusieurs fois au cours des années de trouver des subventions gouvernementales que Lamarche pourrait obtenir afin d'améliorer l'état des routes, sans grand enthousiasme du conseil municipal trouvent-ils. «On dirait que si l'idée ne vient pas d'eux, ce n'est pas bon, s'attriste M. Morin. Même les routes asphaltées sont en piteux état. C'est l'image de la municipalité qui en souffre.» «Les gens n'ont pas le goût de briser leur voiture en venant te visiter», ajoute Renald Lessard.

Michel Morin s'interroge sur le fait que le chemin du Lac-Miquet, par exemple, soit ouvert depuis une vingtaine d'années et que la seule signalisation se résume aux affiches orange conçues pour les périodes de travaux. «C'est une question de sécurité. Il me semble que ça ne doit pas trop être compliqué, de mettre ça conforme. Au début, c'était compréhensible d'avoir moins de services, puisque c'était surtout des chalets, mais quand tu commences à développer plus sérieusement, il faut s'ajuster en conséquence.»

Sa conjointe précise que leur habitation est une des plus taxées par la municipalité. «Ça ne me dérange pas de payer, mais j'aimerais qu'une ambulance ou un camion de pompiers soit capable de passer en tout temps sans danger!»

C'est donc à bout de ressources que les quatre citoyens pensent sérieusement à quitter leur résidence de tourisme. «Quand les gens commencent à vouloir partir dans une petite municipalité, ça fait mal. Beaucoup y pensent», affirme M. Lessard.

Du budget pour les routes, dit le maire

Le maire de Lamarche Gilbert Savard assure qu'une part du budget de la municipalité sera employée à la réparation des routes dès cet été.

«On ne peut pas faire de miracle. Chaque année, au printemps, c'est la même histoire. On a prévu faire du gros travail cet été, dans le chemin du Lac-Miquet justement, mais on ne peut pas tout faire. On a de l'ouvrage pour au moins quatre ans juste dans cette partie», déclare-t-il en entrevue téléphonique.

M. Savard nuance les propos du comité de citoyens au sujet des subventions. «Ce n'est pas si facile d'en avoir!» Par ailleurs, il juge que le groupe pourrait formuler des critiques plus productives.

«C'est leur droit démocratique, mais on ne trouve pas que ces citoyens sont proactifs. On ne peut pas répondre à toutes leurs questions au conseil, il faudrait qu'on amène tous nos livres et le responsable de la compatibilité. On est prêt à écouter tout le monde et à bien s'entendre, mais on ne se laissera pas manipuler. Nous faisons notre possible et on veut s'améliorer.»

Parlant de la villégiature qui fait la réputation de Lamarche, le maire mentionne que l'organisation d'un festival en août pour les véhicules tout-terrain (VTT) est en «bonne marche».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer