Repenser les marchés publics

La présidente des Fêtes gourmandes, Diane Ouellet Gilbert,... (Photo courtoisie)

Agrandir

La présidente des Fêtes gourmandes, Diane Ouellet Gilbert, a déclaré lors de l'assemblée générale annuelle que les marchés publics doivent être développés.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Fêtes gourmandes du Saguenay-Lac-Saint-Jean désirent repenser le système des marchés publics agroalimentaires dans la région en implantant une formule itinérante, inspirée de l'Europe, où les producteurs iraient eux-mêmes à la rencontre des consommateurs dans des rassemblements populaires déjà existants.

L'organisation a confié le mandat de sonder les participants de plusieurs événements l'été dernier, comme Saint-Honoré dans l'vent ou le Festival du cowboy de Chambord, au Centre québécois de développement durable. Après l'analyse de leurs intentions d'achat, le volume de ventes qui pourrait être atteint est estimé à 290 000 $.

« C'est un chiffre très conservateur, indique le vice-président des Fêtes gourmandes, Raymond Rouleau. On demandait aux personnes interrogées, soit 200 par événement, combien d'argent elles seraient prêtes à dépenser en produits locaux si un marché était tenu sur les lieux. On a gardé les dix rassemblements les plus importants et pris 20 % du total des dépenses envisagées. On a procédé de façon très rigoureuse et on a eu une belle réponse. »

M. Rouleau croit qu'il y a un certain engouement pour les marchés publics. « Les Fermes Solidar à Chicoutimi ont commencé à en faire un, il y avait les vendredis bio au centre-ville d'Alma l'été passé, Saint-Gédéon faisait aussi quelque chose... On ne veut pas porter ombrage à ceux qui existent déjà, on veut plutôt les appuyer. On veut que ce soit mieux connu et que ça lève plus. On pense qu'en dynamisant la formule, ce serait gagnant. »

L'objectif n'est pas de créer une structure autour des Fêtes gourmandes, mais plutôt que l'organisation serve de soutien à la mobilisation locale en fournissant par exemple une liste de producteurs intéressés aux responsables des différents événements. « On ne veut pas le faire à leur place, il faut qu'il y ait un ancrage dans le milieu », affirme Raymond Rouleau.

Le porte-parole précise que l'organisation en est encore à l'étape de la documentation, mais qu'elle espère pouvoir mettre sur pied le projet l'année prochaine. L'étude a été réalisée grâce à une contribution de 15 000 $ de la Société d'aide au développement de la collectivité Lac-Saint-Jean-Est.

« Nous sommes devant une tendance lourde, les consommateurs veulent savoir ce qu'ils mangent, ils veulent manger local et réclament ce contact rapproché avec les producteurs. Nous nous devons de multiplier les événements de marché afin de répondre à leurs attentes », a déclaré la présidente Diane Ouellet Gilbert, par voie de communiqué, après l'assemblée générale annuelle des Fêtes gourmandes.

Sensibilisation des jeunes à l'achat local

Les Fêtes gourmandes du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui reviendront pour une quatrième édition avec la Tournée des chefs au parc Sainte-Anne d'Alma, les 23 et 24 juillet, comptent étendre leur projet de sensibilisation des jeunes du primaire à l'achat local à toute la région dès la prochaine rentrée scolaire.

Lors de l'assemblée générale de l'organisation, plus tôt cette semaine, le bilan de l'initiative unique au Québec a été dressé. Environ 600 élèves de 5e et 6e année ont été rencontrés, de septembre à décembre, dans 17 écoles de la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean, par une intervenante du Conseil régional de l'environnement et du développement durable (CREDD).

«C'est un magnifique partenariat, assure le vice-président des Fêtes gourmandes, Raymond Rouleau. Ce n'est pas facile d'entrer dans les écoles, car il faut cadrer avec le projet éducatif. C'est une belle façon de parler de l'importance d'acheter local et de l'industrie agroalimentaire dans la région, car on passe aussi le message qu'en achetant des produits de chez nous, on réduit les émissions de gaz à effets de serre.»

M. Rouleau affirme que les autres commissions scolaires de la région sont intéressées. Il manque seulement le financement pour la dispense de l'atelier pédagogique et la mise à jour du contenu, ce qui représente près de 10 000$. «Nous sommes en train de solliciter des partenaires pour défrayer les coûts, nous sommes très confiants de pouvoir aller de l'avant.»

Le projet-pilote avait été rendu possible grâce à la contribution financière d'environ 16 000$ au total de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, des Caisses Desjardins, de Nutrinor, de l'Union des producteurs agricoles de la région, de Légunord et du Regroupement des producteurs horticoles.

Par ailleurs, la programmation des Fêtes gourmandes et de la Tournée des chefs sera annoncée dans les prochaines semaines. L'an dernier, près 9000 visiteurs ont participé à l'événement qui regroupait 47 exposants, dont 17 de la région, et 40 chefs cuisiniers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer