Des chantiers de 25 M$ prévus à Alma

Une toute nouvelle passerelle enjambera la rivière Petite-Décharge.... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Une toute nouvelle passerelle enjambera la rivière Petite-Décharge. Les travaux sont effectués par les Entreprises Rosario Martel d'Alma.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

L'industrie de la construction tourne au ralenti au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais Alma vit l'une de ses plus importantes années en matière de chantiers. Des travaux totalisant près de 25 millions$ sont prévus sur le territoire de la ville en 2016. Ce sont près de 10 millions de plus que la valeur des chantiers réalisés en 2015.

À elles seules, les constructions de la passerelle sur la rivière Petite-Décharge et du centre multisports nécessitent des investissements maximums de 15 millions$. Si on ajoute tous les autres travaux, dont la réfection des rues, la rénovation des édifices et la construction du quai du bateau la Tournée, le tout grimpe à 25 millions$.

Et ce montant n'inclut pas les travaux sur le pont Carcajou, estimés à quatre millions$ sur deux ans, menés par le ministère des Transports du Québec.

«C'est en effet une bonne année. Alma continue de changer de visage. Tout a commencé dans les dernières années, avec la construction du Centre Mario Tremblay et la voie de contournement. Lorsque j'ai été élu à la mairie, je savais qu'il y avait d'importants travaux à faire pour améliorer les infrastructures. Et c'est ce qu'on fait», commente le maire Marc Asselin.

Ce dernier tient toutefois à préciser que les 25 millions$ demeurent des prévisions. Le montant pourrait être moins important de quelques millions. L'année 2016 sera tout de même l'une des années les plus fastes sur le plan des travaux dans la ville.

150e anniversaire et Jeux du Québec

La Ville a profité de la finale des Jeux du Québec et de son 150eanniversaire pour renouveler ses infrastructures.

La construction du centre multisports ne figurait d'ailleurs pas au programme triennal, au départ, mais le moment était idéal pour aller de l'avant, rappelle le maire.

«Ça ne faisait pas partie des plans. On s'était dit que si on remportait la finale des Jeux du Québec, on allait accélérer les choses. Donc c'est ce qui est arrivé. À partir de là, c'était bien plus facile de convaincre le gouvernement d'investir dans une telle infrastructure. Dans tous nos projets, toutefois, on n'a pas reçu tout ce qu'on voulait en termes de subventions. Mais on peut dire qu'on a tiré notre épingle du jeu. On a eu le coup de pouce pour poursuivre nos investissements», précise M. Asselin.

Si certains accusent Alma de trop investir sur le dos des contribuables, le maire rappelle que le service de la dette n'a pas grimpé dans les dernières années.

«Alma a les moyens, elle est à l'aise. Mais on fait quand même attention. La dette globale a légèrement augmenté. Mais le service de la dette non. Le terme est demeuré le même. Et la dette per capita est bien plus basse que la moyenne provinciale», pointe le maire.

En investissant, la Ville contribue également à la vitalité économique du territoire, ajoute M. Asselin.

«C'est difficile pour les gens d'affaires. Le contexte n'est pas facile. Avec les projets, du moins, on fait travailler notre monde. C'est positif, ça permet de voir la lumière au bout du tunnel», laisse tomber le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer