La fin d'une institution

Depuis son ouverture en novembre 1986, la boutique... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Depuis son ouverture en novembre 1986, la boutique Lance et Compte La Source du Sport, située sur la rue Des Champs-Élysées à Chicoutimi avait fait du hockey sa spécialité.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Une véritable institution du commerce au détail au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la boutique Lance et Compte La Source du Sport, a officiellement fermé ses portes lundi matin. Propriété des frères Sylvain et Pierre Côté, elle aurait fêté son 30e anniversaire en novembre prochain.

Depuis son ouverture en novembre 1986, la boutique située sur la rue Des Champs-Élysées à Chicoutimi avait fait du hockey sa spécialité. Au fil des années, elle avait élargi son champ d'activités, notamment en se tournant vers le domaine du golf. Elle avait inauguré de nouveaux locaux plus vastes en 2009.

«Le commerce est difficile pour tout le monde, note Sylvain Côté. Nous arrivons d'un ''show'' de La Source du Sport. Cette chaîne compte 190 magasins. Le grand patron est arrivé en avant de tout le monde et a demandé combien de magasins ont amélioré leur chiffre d'affaires au cours de la dernière année. Il n'y en a pas un seul.

«Dans la région, peu de commerces ont fait 30 ans dans le domaine où nous étions présents. À mon âge, il est évident que je ne pensais pas faire encore dix ans. Nous avons eu une offre pour vendre la boutique, mais il était préférable de ne pas l'accepter. C'est malheureux, mais il n'y avait pas d'autres solutions.»

Le sort que vient de connaître la boutique Lance et Compte est le résultat d'une situation que vivent bien des entreprises de commerce au détail. La concurrence est de plus en plus féroce et elle ne connaît surtout plus de frontières.

«Dans le hockey, les commerces comme le nôtre sont encore un peu protégés d'Internet, précise Sylvain Côté. Le gars qui fait venir une paire de patins de 600$ sur Internet ne peut pas la retourner si elle lui fait mal au pied. Par contre, c'est une vraie folie dans le bâton de hockey. N'importe qui vend ça 125$. Les gars les achètent on ne sait pas où et ils nous demandent une garantie parce qu'ils ont cassé après deux semaines...

«Dans notre cas, tu ne pouvais plus suffire juste en vendant du hockey. Malgré cela, on vendait encore du hockey. Il représentait encore notre gros chiffre d'affaires. Mais en n'ayant pas d'articles comme les vêtements ou les chaussures, c'était plus difficile. C'est le golf qui nous a fait le plus mal.»

À ce propos, Sylvain Côté rappelle que les entreprises de l'extérieur de la région spécialisées dans les équipements de golf qui s'installent pour quelques jours dans un centre commercial causent des dommages importants aux commerçants qui ont officiellement pignon sur rue. Son frère Pierre avait d'ailleurs effectué une sortie publique pour dénoncer les vendeurs itinérants, en décembre 2015.

«Ces oiseaux de malheur font mal à tous les commerçants de la région», avance-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer