Marquis: les frères Breault remerciés

Le séjour de Francis Breault et Jocelyn Breault... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le séjour de Francis Breault et Jocelyn Breault avec les Marquis aura duré moins de deux mois.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Copropriétaire et directeur général des Marquis de Jonquière, Marc Boivin a confirmé en début d'après-midi, lundi, que l'entraîneur Francis Breault et son adjoint, Jocelyn Breault, ont été remerciés de leurs services. Pour l'instant, il prévoit prendre la relève derrière le banc en compagnie de Martin Gagné, vendredi, quand l'équipe jouera la cinquième partie de la demi-finale qui l'oppose aux Éperviers de Sorel-Tracy.

La probable présence de Boivin et Gagné derrière le banc ne signifie pas la fin des rumeurs qui amènent Richard Martel à la tête de l'équipe. Marc Boivin a eu des discussions avec l'entraîneur chicoutimien au cours des dernières heures et il prévoit en avoir d'autres, mais il n'y a pas d'entente pour l'instant.

En changeant les entraîneurs, Marc Boivin désire allumer une étincelle sous une équipe qui perd 3-1 face aux Éperviers. Il convient que le moment n'est pas idéal pour prendre une telle décision, mais il a peine à reconnaître les véritables Marquis de Jonquière depuis plusieurs rencontres et il espère qu'un changement permettra de renverser la vapeur.

«J'essaye de créer une étincelle dans l'équipe, a expliqué Marc Boivin. On dirait qu'il y a moins de chimie. Les gars sont moins unis qu'avant, c'est évident. Je le vois bien. On se fait frapper et on ne réplique pas. Nos bons joueurs se font frapper, mais nous ne frappons pas les bons joueurs de l'autre équipe.

«Il est évident que le message ne passait pas trop. Les joueurs jouaient et soudainement ils ne jouent plus. C'est rare qu'une équipe change d'entraîneur en pleines séries éliminatoires, mais je le fais parce que je veux créer une étincelle et parce que j'ai encore espoir de gagner. Il faut que quelque chose se passe. Les joueurs ont aussi un mea culpa à faire. Nous manquons de discipline et nous avons marqué trois buts dans les trois derniers matchs. On ne peut pas gagner dans ces conditions. La trappe, il doit y avoir une manière de contrer ça. En plus, nous ne sommes pas chanceux. Dimanche, Jean-Michel Bolduc avait un but ouvert pour faire 1-1. Il a raté sa chance et Christian Deschênes est allé marquer tout de suite après. Nous méritions un meilleur sort et même les gens de Sorel le disaient.»

Bref séjour

Le séjour de Francis Breault et Jocelyn Breault avec les Marquis aura duré moins de deux mois. Ils ont été nommés le 19 février, quelques jours après la nomination de Claude Bouchard au poste d'entraîneur des Cataractes de Shawinigan.

Sous la direction des frères Breault, les Marquis ont d'abord perdu deux parties. Ils ont ensuite signé quatre gains consécutifs pour mettre la main sur le championnat de la saison régulière. Au premier tour des séries, les Marquis ont éliminé les River Kings de Cornwall en quatre matchs de suite, mais la demi-finale contre les Éperviers est beaucoup plus difficile.

Malgré la tournure des événements, Marc Boivin a tenu à remercier les frères Breault pour le travail accompli et pour avoir accepté de relever le défi.

«Les frères Breault ont été corrects, a signalé Marc Boivin. Ils ont accepté de prendre la relève de Claude (Bouchard) avec six matchs à jouer. Nous avons quand même réussi à gagner le championnat de la saison régulière. Pour y arriver, il a fallu gagner nos quatre derniers matchs. Ce n'était pas évident.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer