«Un parti honnête»

Les députés Sylvain Gaudreault et Stéphane Bédard ont... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les députés Sylvain Gaudreault et Stéphane Bédard ont accompagné la candidate Mireille Jean pour le traditionnel bilan de fin de campagne électorale.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Les gens doivent résister à la tentation de dire qu'ils ne vont pas voter parce que les politiciens sont tous pareils à cause de l'affaire Hamad. Ce n'est pas vrai. Il y a des politiciens honnêtes. Sylvain Gaudreault, Alexandre Cloutier et moi sommes des gens honnêtes.»

La candidate péquiste dans Chicoutimi, Mireille Jean, considère que les candidats à l'élection partielle ont eu amplement le temps de faire connaître leurs programmes et leurs idées. Il appartient maintenant aux citoyens de donner leur avis en se présentant en grand nombre dans les bureaux de vote, lundi, pour choisir un successeur au député démissionnaire Stéphane Bédard, a indiqué la candidate lors d'un point de presse tenu au local de la rue Racine pour faire le bilan de la dernière campagne électorale.

Les députés Alexandre Cloutier et Sylvain Gaudreault ont participé à l'événement pour faire ressortir que l'élection de Mireille Jean allait permettre au Parti québécois de poursuivre la tradition du travail d'équipe dans la région. La principale intéressée a pour sa part été prudente dans l'analyse du sondage publié vendredi par Le Quotidien qui lui donne 22 points d'avance, incluant une répartition des indécis qui accorde la prime à la candidate Francyne T. Gobeil.

«Depuis quatre semaines, j'ai rencontré la population un peu partout dans le comté. J'ai proposé des choses aux citoyens et les gens considèrent que j'ai la capacité de supporter les projets comme le centre de données virtuelles ou un centre pour l'électrification des transports», a déclaré la candidate péquiste.

Interrogée sur l'impact de l'affaire Sam Hamad dans la présente campagne électorale, Mireille Jean considère que la population a d'autres raisons pour en vouloir au gouvernement du Québec. Lors des nombreuses rencontres qu'elle a tenues dans différents milieux, la candidate a constaté que plusieurs groupes communautaires faisaient les frais de l'austérité en plus des coupes massives dans des secteurs névralgiques des affaires sociales comme la diminution des budgets dans les centres jeunesse.

«Les gens des groupes communautaires sont parmi les personnes les plus touchées par l'austérité. Elles rendent des services sans en avoir les moyens. Elles passent plus de temps à remplir des papiers pour avoir des subventions qu'à s'occuper des clientèles comme les maisons d'accueil pour les femmes victimes de violence.»

Les péquistes ont beaucoup attaqué le bilan économique du gouvernement libéral pendant cette campagne. Vendredi, Alexandre Cloutier a fait un retour sur l'actualité de la semaine pour résumer les deux années du gouvernement de Philippe Couillard.

«Le Parti libéral du Québec s'est fait élire sur deux grands engagements. Ils promettaient la transparence et la création d'emplois. Dans la même semaine, Sam Hamad doit quitter ses fonctions de ministre. De plus, Résolu annonce son intention pour un projet d'un milliard de dollars en demandant des garanties d'approvisionnement et au même moment, le ministre des Forêts Laurent Lessard annonce la création d'aires protégées avant de faire des études d'impact sur les conséquences de ces aires protégées pour les travailleurs», a résumé Alexandre Cloutier pour bien faire ressortir que le gouvernement n'a pas respecté ces deux grands engagements.

D'ici lundi, les bénévoles du Parti québécois vont redoubler d'ardeur pour faire sortir le vote. Historiquement, le PQ parvient à obtenir des victoires importantes quand la participation au scrutin est élevée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer