Hélène Girard sent un vent de changement

La candidate de la CAQ, Hélène Girard.... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

La candidate de la CAQ, Hélène Girard.

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La candidate de la Coalition avenir Québec dans Chicoutimi, Hélène Girard, a senti un vent de changement au sein de la population. Plusieurs citoyens lui ont partagé leur ras-le-bol des querelles entre les vieux partis et ont décidé de le signifier lors de l'élection partielle de lundi.

Au cours d'un entretien avec Le Quotidien, jeudi, pour faire le bilan de la campagne électorale, la candidate caquiste affirme conclure cet exercice avec enthousiasme et a surtout confiance que ce vent de changement se manifestera en faveur de la formation de François Legault.

«Comme on ne pouvait pas me cloner, j'ai redoublé d'ardeur pour fréquenter de grands événements et rencontrer le plus de gens possible. Ça revient toujours lors des discussions. Ils en ont assez des querelles des vieux partis et, surtout, ils sont choqués par les décisions impopulaires du gouvernement libéral. Pour ces raisons, ils sont disposés à voter pour un parti avec de nouvelles idées.»

Chateau fort des Bédard

La candidate a aussi constaté un autre phénomène assez particulier quand elle a discuté avec des partisans du Parti québécois. «On pense que Chicoutimi était un château fort du Parti québécois. Ce n'est pas le cas. Chicoutimi était un château fort de la famille Bédard et non des souverainistes.»

Elle a enchaîné avec l'ouverture des citoyens pour la vision du chef François Legault et, surtout, la position de la CAQ sur le débat constitutionnel qui a fait l'objet de deux référendums au Québec. «La CAQ a choisi d'être un parti politique nationaliste avec l'objectif de faire du développement économique avec l'appui du Canada. Les Québécois ne veulent plus de la souveraineté et ont déjà dit non à deux reprises. Il faut passer à autre chose.»

Quant à son adversaire libérale, Hélène Girard ne voit pas vraiment ce qu'elle peut apporter pour Chicoutimi au cours des deux prochaines années.

«Les gens ont la possibilité de voter pour la candidate libérale qui va revenir dans le comté pour nous convaincre que les décisions de son gouvernement sont bonnes. Mais ils ont aussi l'opportunité de voter pour une candidate caquiste qui va amener à l'Assemblée nationale les préoccupations de notre comté. C'est une grande différence et on peut l'essayer pour ce mandat de deux ans.»

La candidate Hélène Girard en était à une première expérience en campagne électorale. Elle a apprécié cette expérience et le contact avec les citoyens. Elle a surtout souligné qu'elle a été à l'origine séduite par les politiques de François Legault et croit avoir bien défendu le programme du parti.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer