Le bloc opératoire de Chicoutimi, une priorité dit Barrette

De passage à Chicoutimi, jeudi, pour appuyer la... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

De passage à Chicoutimi, jeudi, pour appuyer la candidate Francyne T. Gobeil, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a réitéré que la réfection du bloc opératoire de l'hôpital de Chicoutimi constitue une priorité.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La réfection du bloc opératoire de l'hôpital de Chicoutimi constituera une priorité dans le cadre du plan d'infrastructures du ministère de la Santé 2017-2027.

En présence de la candidate libérale Francyne T. Gobeil, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a réitéré que la réfection de ces équipements primordiaux constitue la priorité. «Prochainement, dans le cadre du plan d'infrastructures 2017-2027, il sera inscrit. Il n'y a pas de doute que le bloc opératoire doit être une priorité. Vous savez que j'ai travaillé ici à l'hôpital et je constate à chaque visite qu'il vieillit. Il est certain que lorsque Francyne sera élue, elle aura une oreille attentive de ma part», a déclaré le ministre.

Une première

Il s'est enorgueilli que le gouvernement libéral soit le premier à rendre public un rapport sur l'état de vétusté des équipements dans le secteur de la santé, des informations qu'il juge utiles à fournir à la population afin de démontrer l'ampleur du chantier.

M. Barrette y est allé de quelques salves envers le Parti québécois en affirmant que Chicoutimi a besoin d'élire une députée qui sera à l'écoute de la population. «On avait quelqu'un ici, mais il a été balayé par Pierre Karl Péladeau. On a tassé Stéphane Bédard. Même nous, au Parti libéral, on n'en revient pas que M. Bédard ait été remplacé par Bernard Drainville dont la mission est de faire du salissage. Vous avez besoin de quelqu'un qui représente vos préoccupations. Francyne m'a fait comprendre qu'elle allait défendre vos intérêts.»

Le ministre Barrette ne partage pas le bilan qu'a tracé le SIISNEQ-CSQ, cette semaine, de la réforme qu'il a adoptée il y a un an. Le syndicat a prétendu que le système de santé a absorbé 50 M$ de coupes dans la région depuis cinq ans. M. Barrette admet qu'un contrôle des budgets de la santé a été imposé, mais ajoute du même souffle qu'aucune région au Québec n'a vu ses budgets de santé abaissé. «Il y a juste un gouvernement au Québec qui a baissé les budgets en santé, c'est celui du Parti québécois dans les années 2000. Il rappelle que les budgets de la santé se sont accrus jusqu'à 5,3 % jusqu'en 2014, une croissance intenable lorsque l'économie s'accroit de 1,7 % à 2 % par année.

Le ministre Barrette croit que les critiques syndicales contre sa réforme sont guidées uniquement par la période de maraudage intersyndicale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer