Mashteuiatsh: Roberval va consulter les citoyens

Le maire Guy Larouche veut consulter les citoyens de Roberval avant que le... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le maire Guy Larouche veut consulter les citoyens de Roberval avant que le conseil donne son appui à Mashteuiatsh dans ses démarches pour agrandir le territoire de la réserve.

« C'est une question de transparence. Le conseil va en discuter et ensuite je pense qu'il sera justifié de donner toute l'information nécessaire à la population. C'est une précaution qu'on se donne. Je considère que c'est aux citoyens de décider et non à la Ville, en catimini, de prendre une décision », a indiqué le magistrat.

Guy Larouche, qui avait été fortement critiqué pour les propos tenus dans ce dossier il y a un an, affirme vouloir éviter les dérapages. « C'est justement parce que ç'a manqué de transparence dans le passé que ç'a mal été. Je veux éviter cela et souhaite que ça ne soit pas un débat racial, mais bien une discussion qui nous permettra d'avoir l'opinion de la population sur les véritables enjeux liés à cet agrandissement du territoire de Mashteuiatsh », a-t-il ajouté.

Les terrains qu'a achetés la communauté à des particuliers serviraient à prolonger le parc industriel jusqu'à la route régionale. Ces terrains sont encore sur le territoire de Roberval. Il s'agit d'une parcelle d'environ un kilomètre carré situé en haut de la côte du cran.

Dans une lettre adressée au conseil municipal, Mashteuiatsh demande une lettre d'appui pour ajouter à sa demande formulée au gouvernement fédéral pour que ce territoire soit ajouté à celui de la réserve. Un processus qui peut prendre jusqu'à deux ans.

Référendum

Roberval n'écarte pas la possibilité d'aller en référendum si le besoin se fait sentir. « C'est une bonne question. Il faut en discuter et nous allons voir par la suite. C'est majeur comme dossier. Il y a des questionnements et des inquiétudes. Qu'est-ce qu'on pourrait faire si jamais un centre commercial était construit sur ces terrains? », s'interroge-t-il.

Le maire ne voudrait pas que ces terrains amènent la venue de commerces qui pourraient créer une concurrence déloyale à sa ville.

Guy Larouche estime que le délai de 90 jours demandé par Mashteuiatsh pour donner un appui est un peu serré. Il pourrait demander un délai.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer