Les résidus de bauxite retiennent l'attention

Hélène Girard (CAQ), Francyne T. Gobeil (PLQ), Mireille... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Hélène Girard (CAQ), Francyne T. Gobeil (PLQ), Mireille Jean (PQ) et Pierre Dostie (QS) étaient les candidats invités au débat de la Chambre de commerce du Saguenay, mardi soir.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Encore une fois, la valorisation des résidus de bauxite de Rio Tinto Aluminium a occupé une bonne place dans le débat opposant quatre des candidats à l'élection partielle dans Chicoutimi, mardi soir, à l'hôtel Le Montagnais, mais les questions de la souveraineté et de l'agriculture ont aussi grandement préoccupé l'assemblée d'environ 85 personnes.

La Chambre de commerce du Saguenay avait convié à débattre les candidats dont le parti est représenté à l'Assemblée nationale, soit la péquiste Mireille Jean, la libérale Francyne T. Gobeil, la caquiste Hélène Girard et Pierre Dostie de Québec solidaire. Toute la population était invitée à assister aux échanges. Il se trouvait donc dans la salle plusieurs étudiants et citoyens de divers horizons aux côtés de gens d'affaires.

Le dézonage d'un territoire vert à Saguenay pour permettre à RTA de mettre en place un autre site de «lac de boues rouges» pour les activités de l'usine Vaudreuil à Arvida a été un sujet sensible. Mme Jean et M. Dostie estiment que la compagnie et le gouvernement devraient investir dans la recherche afin de trouver un moyen de recycler les résidus de bauxite. «On a peut-être une mine d'or entre les mains», avance la candidate. Pierre Dostie a rappelé qu'en développement durable, «environnement et emploi ne sont pas incompatibles» et a dénoncé «l'aplaventrisme» de la ville dans ce dossier.

Les représentantes de la Coalition avenir Québec et du Parti libéral ont quant à elles exprimé leur engagement envers les citoyens concernés, autant les travailleurs que les résidants aux alentours du site.

Indépendance

Francyne T. Gobeil a lancé le sujet de la souveraineté en premier, en déclarant que «voter pour le Parti québécois, c'est voter pour un référendum». À la période de questions, l'idée a été reprise par des agriculteurs qui s'inquiètent de voir le système de production laitière s'effondrer si le Québec devient un pays. Le débat a été conclu avec humour par Hélène Girard, qui l'a qualifié de «montée de lait». Cette dernière a déclenché les rires plusieurs fois dans la salle avec ses figures de style. Le public ne s'empêchait pas d'ailleurs d'applaudir devant les bonnes réparties, ce qui est arrivé au moins une fois pour tous les candidats.

La rivalité semblait plus grande entre Mme Jean et Mme T. Gobeil, qui se renvoyaient souvent la balle, mais tous les candidats se sont montrés disciplinés au cours de l'événement de deux heures.

Catherine Bouchard-Tremblay (Option nationale) et Alex Tyrell (Parti vert) sont les autres choix des électeurs le 11 avril.

La priorité des candidats

Mireille Jean, PQ : « Le développement économique est essentiel. Il doit passer par une concertation locale et régionale. Avec mes collègues députés dans la région, Alexandre Cloutier et Sylvain Gaudreault, nous allons combattre l'austérité libérale. »

Francyne T. Gobeil, PLQ : « Le développement économique, la création d'emplois et de richesse, c'est ce qu'il faut pour garder nos jeunes dans la région. »

Hélène Girard, CAQ : « Le lendemain, je vais refaire du terrain pour remercier mes électeurs. Ensuite, vous pouvez être assurés que nous pousserons le gouvernement libéral dans ses derniers retranchements. »

Pierre Dostie, QS : « La Ville de Saguenay est sur le point de prendre une décision importante pour la gestion de ses déchets putrescibles. Je crois que la biométhanisation est une option qui mérite d'être étudiée et je serai là pour accompagner dans le processus. »

Ce qu'ils ont dit sur...

Leur plan pour relancer l'économie

« Il faut avant tout faire le ménage pour avoir des finances saines. Ensuite nous pourrons miser sur nos entrepreneurs. Je m'engage à organiser des rencontres avec eux tous les trois mois pour parler des défis du quotidien. » - Francyne T. Gobeil

« Les personnes sont la ressource la plus importante de notre économie. Il faut les supporter. L'implantation d'un centre de données informatiques permettrait aussi de créer des emplois et de nous positionner dans le milieu des technologies. » - Mireille Jean

« Le gouvernement libéral a coupé dans le service public et il faut réinvestir massivement dans ce domaine. Nous pouvons aussi aller vers une économie verte. Les barrages hydroélectriques dans la région nous donnent un avantage pour ce virage dans les transports. »- Pierre Dostie

« La CAQ propose la création d'un Fonds de relance d'un milliard par année sur cinq ans pour les aider les PME et les jeunes à avoir des emplois de qualité. » - Hélène Girard

La construction d'un nouveau pont

Tous les candidats s'entendent sur la nécessité d'avoir un portrait juste de la situation grâce à une étude. Mireille Jean souligne qu'une enquête d'origine-destination pour évaluer la fluidité sur le pont Dubuc est déjà en cours. Pierre Dostie préférerait miser sur les transports actifs plutôt qu'un deuxième pont qui favorise « encore l'auto en solo ».

Un bloc cellulaire à Chicoutimi

« Oui, il en faut un. Tous les intervenants du milieu le disent. Le premier ministre Philippe Couillard banalise le problème de distance entre Roberval et Chicoutimi en disant que la visioconférence va régler le problème. » - Mireille Jean

« C'est malheureux de devoir défaire une décision politique quand on a toujours su qu'elle était mauvaise. » - Pierre Dostie

« Toutes les prisons du Québec sont pleines. Est-ce qu'on agrandit celle de Roberval ou on en construit une autre à Chicoutimi? Nous sommes plus enclins à étudier la deuxième option. » - Hélène Girard

« Le premier ministre est à l'écoute des intervenants et on va trouver des solutions. On pourrait déjà commencer par de l'hébergement temporaire à Chicoutimi. » - Francyne T. Gobeil

La relève des entreprises

« Il y a justement dans le dernier budget de l'assouplissement fiscal prévu. Notre parti a de la vision. » - Francyne T. Gobeil

« Cette mesure ne touche que les entreprises du secteur manufacturier. C'est un gain important, mais il faut aussi aider les entreprises de service, nombreuses dans Chicoutimi, et donner plus d'outils de financement. » - Mireille Jean

« On peut faire mieux. Le gouvernement doit faire des demandes au fédéral pour qu'il fasse aussi sa part. » - Hélène Girard

« Une formule intéressante serait de permettre la prise en charge de l'entreprise par une coopérative de travailleurs, d'aller vers l'économie sociale. » - Pierre Dostie

Sauvaginiers

L'Association des sauvaginiers du Saguenay-Lac-Saint-Jean soutient la candidate caquiste Hélène Girard pour l'élection partielle dans Chicoutimi, étant donné qu'elle votera contre le projet de loi 64 sur l'immatriculation des armes à feu. «Tous les chasseurs de la circonscription et toute la population doivent appuyer cette candidate qui a bien compris l'inutilité de ce registre, qui coûtera des dizaines de millions de dollars aux contribuables québécois», fait part l'association par voie de communiqué. La Coalition avenir Québec (CAQ) est le seul parti à permettre un vote libre à ses députés sur cette question. Le regroupement régional a d'ailleurs produit un mémoire, disponible en ligne, qui «s'appuie sur des faits et des statistiques» pour montrer qu'un registre des armes à feu sans restriction serait «inutile, inefficace, injustifié et inapproprié». L'association comprend qu'il s'agit d'un dossier «très émotif», mais soutient que «se baser sur des émotions pour prendre position ne garantit pas toujours de bons choix».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer