Vivre 24 heures avec un handicap

Les Clowns thérapeutiques Saguenay ont présenté, mardi, les... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Les Clowns thérapeutiques Saguenay ont présenté, mardi, les sept personnalités qui devront partager durant vingt-quatre heures la difficulté de vivre avec un handicap.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(STAGIAIRE) Pour une neuvième année consécutive, les Clowns thérapeutiques Saguenay ont fait appel à des personnalités publiques pour leur campagne de financement. Mardi, sept personnes ont reçu un faux diagnostic avec lequel elles devront «vivre» pendant 24 heures.

Le verdict est tombé pour les participants: un bras cassé, une cheville fracturée ou encore une commotion cérébrale. Pendant une journée, ils devront réaliser toutes leurs activités avec un plâtre, des béquilles ou une canne. Ils auront donc un aperçu de la vie avec un handicap limitant la mobilité.

«Habituellement, ils sont déjà tannés après 24 heures. Ça montre à quel point c'est dérangeant de vivre avec ça», explique la directrice générale et cofondatrice des Clowns thérapeutiques, Josée Gagnon. Elle mentionne que cette campagne de financement permet de faire de la sensibilisation.

«On a une cause qui est vraiment très humanitaire, puisqu'on fait de l'accompagnement en fin de vie. Les participants sont obligés de venir avec nous pour faire de l'observation, alors ils savent vraiment dans quoi ils s'embarquent», insiste-t-elle.

Pour l'édition 2016, on retrouve parmi les «diagnostiqués» la conseillère municipale Josée Néron, la directrice générale de Saguenay en neige, Kate Savard, et le directeur général de l'entreprise saguenéenne Colabor, Mario Vézina, qui en est à sa deuxième participation.

«Je suis soulagée, parce que je n'avais aucune idée du plâtre que j'allais recevoir! C'est le premier que j'ai à vie!», raconte Mme Néron. Selon son diagnostic, elle a subi une fracture à la cheville et doit se déplacer avec une canne.

Elle mentionne qu'elle est très heureuse de faire partie de l'expérience cette année, puisque ça lui permet d'aider les gens. «J'ai hâte de voir comment la journée va se passer! J'imagine que ça va être un peu périlleux de se déplacer dans la ville», ajoute-t-elle.

Chacun des participants devait amasser 3000$ au minimum. L'objectif total est fixé à 24 000$.

Le montant obtenu sera dévoilé mercredi soir au Café-Théâtre Côté-Cour de Jonquière lors d'un spectacle des Clowns thérapeutiques présenté sous forme de cabaret. Les «diagnostiqués» seront libérés de leur plâtre à ce moment.

«C'est quelque chose que les Clowns ne font pas habituellement. Il va y avoir des surprises! , mentionne Josée Gagnon. Il va y avoir notamment une jeune fille atteinte du cancer avec laquelle on travaille beaucoup qui va venir sur scène. Donc on va s'amuser avec elle!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer