Collision boulevard du Saguenay: plus de peur que de mal

Trois personnes ont été transportées à l'hôpital sur... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Trois personnes ont été transportées à l'hôpital sur des civières par précaution.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Une collision survenue sur le boulevard du Saguenay, lundi, à Chicoutimi, a pris des allures bien impressionnantes alors qu'une des deux conductrices impliquées a dû être sortie de son véhicule avec l'aide des pompiers. Elle a été conduite à l'hôpital, de même que deux enfants, qui ne prenaient pas place dans le même véhicule. Il n'y a finalement eu que des dommages matériels à déplorer.

Une des conductrices aurait omis de s'arrêter à... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 1.0

Agrandir

Une des conductrices aurait omis de s'arrêter à l'intersection du boulevard Saguenay et de la rue des Ormes. 

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

L'impact s'est produit à basse vélocité, vers 17 h, à l'intersection de la rue des Ormes d'où arrivait une dame dans la soixantaine au volant d'une Toyota. Elle s'est engagée sur le boulevard du Saguenay au moment où une voiture familiale de marque Ford Focus passait, avec à son bord une femme de 40 ans et ses deux enfants. Une des conductrices a probablement omis d'effectuer son arrêt.

La mère a aussitôt sorti ses enfants du véhicule et les a amenés sur le trottoir. Elle ne semblait pas trop inquiète de devoir se rendre à l'hôpital. Un des jeunes avait même le sourire à l'idée de faire un tour en ambulance.

Le superviseur des paramédicaux, Alex Huard, assure que tous les patients étaient dans un état stable et qu'ils ont été transportés en civière surtout par prévention. «Ils n'ont pas vraiment de blessures.» Même si les pinces de désincarcération ont été demandées pour dégager la conductrice, qui était consciente, l'ambulancier estime que le cas n'était pas grave.

«Le choc s'est fait exactement à l'endroit du mécanisme de la portière, ce qui fait qu'on ne pouvait plus l'ouvrir. La dame aurait quand même pu sortir du côté passager, mais elle avait été immobilisée par précaution. C'était probablement plus impressionnant à voir que ce que c'était réellement», explique M. Huard.

Deuxième accident

Il s'agit du deuxième accident à se produire au même endroit en moins de deux semaines. La signalisation a été changée il y a quelques mois, et les automobilistes doivent maintenant faire un arrêt obligatoire dans les quatre directions. La circulation a été passablement ralentie.

«Quand il y a un changement de signalisation et que les gens roulent par habitude, ça peut occasionner des problèmes», admet le lieutenant responsable de la Sécurité publique de Saguenay, André Gagné.

Des curieux qui se sont approchés de la scène considèrent que l'endroit est dangereux. «C'est un feu de circulation qu'il devrait y avoir. Ce n'est pas sortable et il y a plein de commerces. Ça arrive souvent que les gens oublient qu'il y a un stop maintenant et ils passent tout droit», exprime un habitant du quartier.

Le citoyen Maxime Dufour est du même avis: «Ce n'est pas un beau coin». Il a invité la mère et ses deux enfants à se réchauffer dans son véhicule avant que les ambulanciers viennent les examiner. «Je sortais de la boucherie, et je les ai vus debout à attendre. Personne n'a arrêté pour les aider, à part une voiture qui est restée sur le côté du chemin, mais elle est repartie vite. Ce n'est pas une belle journée pour avoir un accident, avec le froid.»

Le chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Saguenay, Éric Lemay, qui guidait ses pompiers lors de l'utilisation des pinces de désincarcération, a confié que l'opération s'était déroulée rondement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer