Échanges houleux entre Dufour et le maire

La conseillère Julie Dufour.... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La conseillère Julie Dufour.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

(Laure Gagnon-Tremblay, stagiaire) La conseillère Julie Dufour et le maire Jean Tremblay ont eu quelques échanges houleux lors de la séance du conseil. C'est que M. Tremblay a refusé la demande de sa collègue de lire une résolution concernant l'embauche de la vérificatrice générale.

Les élus municipaux ont voté pour le renouvellement conditionnel du contrat de Rina Ziampieri, qui prend fin le 26 avril. La Ville veut ainsi prolonger ses fonctions jusqu'au 31 décembre, moment où elle prendrait sa retraite. 

Les conseillers ont donc huit mois pour lui nommer un successeur. Saguenay a aussi allongé le mandat de vérificateur général, qui passe de sept à dix ans, selon le projet de loi 83. 

Alors que le maire affirme que c'est Mme Zampieri qui a souhaité rester, Julie Dufour a des doutes. 

Elle a voulu obtenir la correspondance qui faisait état de cette volonté, mais on lui a dit qu'il n'y en avait pas.

«Il y a une différence entre choisir de rester et se le faire demander», raconte-t-elle.

Par ailleurs, la conseillère estime que le tout est illégal, puisque la loi n'est pas encore adoptée. Mme Dufour a donc demandé à ce que la résolution soit lue lors du conseil pour que la population soit mise au courant. «Aujourd'hui, la Ville demande sciemment d'être illégale, mais d'être correcte quand même», mentionne-t-elle. 

Le maire a toutefois déclaré que ce serait une perte de temps, puisque tous les conseillers avaient déjà pris connaissance du contenu du document et qu'un conseil ne s'adresse pas directement aux citoyens.

«Mme Dufour, qu'est-ce que vous voulez? Je ne comprends pas votre acharnement sur le dossier de la vérificatrice générale», a-t-il ajouté.

Sa collègue, quant à elle, déplore également le fait que le maire ne réponde jamais à ses demandes. 

Elle explique qu'en décembre dernier, on avait refusé qu'elle dépose des documents sur ce même sujet.

«Pourquoi faire si compliqué alors que ça pourrait être si simple?», conclut Julie Dufour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer