Dostie plaide pour l'épicerie communautaire

Pierre Dostie, candidat de Québec solidaire à l'élection... (Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Pierre Dostie, candidat de Québec solidaire à l'élection partielle dans Chicoutimi, était accompagné par la députée Manon Massé, samedi.

Photo Le Progrès-dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

La hausse du coût du panier d'épicerie préoccupe Pierre Dostie. Le candidat de Québec solidaire dans Chicoutimi affirme qu'il y a urgence d'agir en se dotant d'une politique en matière de sécurité alimentaire. Il estime que le gouvernement actuel condamne la population à vivre en mauvaise santé.

Pierre Dostie a tenu un point de presse en compagnie de la députée Manon Massé, d'une utilisatrice d'épicerie communautaire et d'un citoyen bénévole samedi matin. Le représentant de Québec solidaire souhaitait mettre de l'avant la nécessité de trouver des solutions afin de répondre aux besoins de la population en matière d'alimentation tout en faisant rouler l'économie locale.

«On constate une augmentation continuelle et substantielle du coût des denrées alimentaires. On remarque que chaque fois que l'inflation monte de 1%, le coût des aliments augmente de 2%. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, entre 7,4 et 13% de la population affirme avoir vécu de l'insécurité alimentaire dans la dernière année», affirme Pierre Dostie. «Il faut trouver des solutions pour permettre aux gens de s'alimenter sainement. En regardant les bras croisés le prix des aliments sains et frais monter en flèche, les gouvernements condamnent les familles et les générations futures à vivre en mauvaise santé», a-t-il insisté.

Le candidat était appuyé par Manon Massé, députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques. «L'insécurité alimentaire est un problème de santé publique. Le gouvernement doit s'assurer que son monde va manger en mettant sur pied une politique nationale de sécurité alimentaire. Après tout, ce sont des coûts qui seront économisés en traitement de maladies étroitement liées aux habitudes alimentaires.»

Les intervenants ont présenté le modèle des épiceries communautaires, des endroits qui permettent à des gens qui ont une situation financière précaire de se procurer des denrées vendues 30% moins cher qu'en grandes surfaces.

Pour bénéficier des services des épiceries communautaires, une personne doit être membre et présenter un relevé d'impôt précisant sa situation financière.

«Ces épiceries communautaires vendent des denrées, mais elles s'approvisionnent également auprès des fournisseurs d'ici. Elles contribuent aussi à l'économie locale», explique Paul Girard, bénévole d'une épicerie communautaire.

Le Québec compte huit épiceries communautaires, dont quatre ont pignon sur rue au Saguenay-Lac-Saint-Jean, soit à Chicoutimi, Dolbeau, Alma et Jonquière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer