Une paix sociale difficile à trouver à Lamarche

Le maire de Lamarche, Gilbert Savard... (Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le maire de Lamarche, Gilbert Savard

Photo Le Progrès-dimanche, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Élu en 2013 avec l'espoir de ramener l'harmonie au conseil municipal, le maire de Lamarche se désole de ne pas avoir réussi à mettre fin aux chicanes qui ont longtemps caractérisé cette petite localité de 550 âmes. Et avec les récents déboires des conseillers, qui se sont terminés par une arrestation policière, une paix sociale sera difficile à retrouver, craint Gilbert Savard, à la tête du village depuis la fin de la mise sous tutelle.

L'échevin Jean-Luc Savinsky, rappelons-le, a été arrêté en décembre dernier pour menaces envers un confrère du conseil municipal. Il devait comparaître au Palais de justice d'Alma, mais le ministère public a finalement décidé de ne pas porter d'accusation à l'issue de l'enquête policière. Pendant trois mois, toutefois, il lui a été interdit de participer aux séances du conseil. Il devrait assister au prochain conseil en avril. Une présence que redoute le maire de Lamarche.

« Une accusation criminelle, ça aurait été exagéré à mon avis. Mais Jean-Luc a réellement une attitude peu conciliante. Il doit changer et être plus collaborateur avec les autres conseillers », demande le maire Savard.

« Je suis ouvert à ce qu'il revienne à la table du conseil. J'aimerais que le compteur retombe à zéro dans les relations entre les conseillers. Mais j'appréhende des tensions. Est-ce qu'après cette enquête criminelle, le conseiller sera en mesure de mettre de l'eau dans son vin? Est-ce qu'il sera trop en colère contre les autres? », appréhende-t-il.

Les conseillers, dont M. Savinsky, doivent cesser de se quereller, car la réputation déjà fragile de la municipalité est en jeu, selon le maire.

« À Lamarche, on ne reçoit aucun revenu à part les taxes. Il n'y a pas d'usine, pas de grands commerces. On court toujours après l'argent. Et ce n'est pas une ville passante. Les gens doivent faire un détour pour venir chez nous. Ce n'est donc pas avec les chicanes qu'on va les attirer. Plusieurs projets se mettent en branle à Lamarche, notamment des projets résidentiels. Il faut donc que ça cesse, pour le bien de la communauté », insiste le maire de la localité reconnu pour ses secteurs de villégiature.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer