En mission pour les femmes en Colombie

Anthony Bergeron, d'Arvida, a passé sept mois dans... (Photo courtoisie)

Agrandir

Anthony Bergeron, d'Arvida, a passé sept mois dans un village autochtone de la Colombie.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

Aider les femmes colombiennes à prendre leur place au sein de leur communauté. Voilà la mission d'Anthony Bergeron, un jeune homme d'Arvida, qui revient d'un stage de coopération internationale de sept mois dans un village autochtone de Colombie.

Anthony Bergeron aidait les femmes à prendre leur... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Anthony Bergeron aidait les femmes à prendre leur place au sein de la communauté.

Photo courtoisie

Anthony Bergeron n'en était pas à ses premières expériences de coopération internationale. «J'avais déjà réalisé des stages, mais c'était la première fois que je m'explorais la réalité des femmes autochtones d'un autre pays. Il s'agissait d'un projet dédié à l'égalité homme-femme et c'était vraiment très enrichissant. Mais je dois admettre que ça n'a pas été facile au début», raconte le jeune homme. En effet, Anthony Bergeron a dû gagner la confiance des femmes colombiennes, mais aussi des hommes, qui se montraient méfiants devant un jeune Québécois qui tentait de s'inviter dans leur foyer.

«J'ai été envoyé dans un petit village du Sud de la Colombie et ma mission était d'encourager les femmes à s'affirmer et à prendre davantage leur place au sein de leur couple et de leur famille. Les femmes étaient méfiantes et leur mari aussi. Je devais être prudent dans ma façon de les approcher et y aller lentement. Je me suis surtout présenté comme un allié», explique le jeune coopérant.

L'une des principales problématiques rencontrées était le manque de confiance en elle des femmes colombiennes. «Simplement de les faire réussir à sortir de chez elle était un défi! Là-bas, les femmes étaient obligées de rester à la maison. Évidemment, en sept mois, je n'ai pas pu changer les mentalités, mais je crois que la façon de voir des femmes et des hommes rencontrés a quelque peu évolué. Je sentais une différence dans le discours des maris, mais j'ignore si mon passage aura des répercussions dans les pratiques. Par contre, je suis sûr que les enfants, par exemple, auront retenu quelque chose de mes interventions», affirme Anthony Bergeron qui a, entre autres, poussé les femmes de la communauté à s'impliquer davantage dans les décisions familiales et dans le travail manuel habituellement réalisé par les hommes.

«J'ai adoré mon expérience. La Colombie est un pays qui souffre de nombreux préjugés, surtout liés au trafic de drogue et à la violence. Mais il s'agit en fait d'un pays tourné vers l'avenir et qui est beaucoup moins dangereux que par le passé», ajoute le jeune Arvidien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer