Un regroupement proposé aux membres de Desjardins

Les membres des Caisses populaires Desjardins de Chicoutimi, Laterrière et de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Les membres des Caisses populaires Desjardins de Chicoutimi, Laterrière et de la Rive-Nord auront à se prononcer au cours des prochaines semaines sur le regroupement possible de leurs institutions coopératives, un projet qui devrait se concrétiser à compter du 1er janvier 2017.

Jeudi, le personnel des trois caisses a été informé que les conseils d'administration ont décidé à l'unanimité de proposer un projet de regroupement aux membres, une proposition qui a fait l'objet d'un processus d'analyse et de réflexion rigoureux au cours des derniers mois.

En conférence téléphonique, les trois directeurs Denis Guay, de Chicoutimi, Steeve Bouilianne, de Laterrière, et Robin Saint-Pierre, de la caisse de la Rive-Nord du Saguenay, ont mentionné que le comité affecté à l'étude du dossier en est venu à la conclusion qu'il fallait procéder à ce regroupement afin d'améliorer encore davantage les forces financières et la prestation des services offerts aux sociétaires. «Il faut se donner les moyens de rencontrer les défis d'avenir puisque nous devons faire face à la concurrence du numérique et à la présence de quasi-banques virtuelles qui obligent à revoir les façons de faire traditionnelles», explique M. Guay.

Selon Robin Saint-Pierre, le regroupement des forces des trois caisses permettra d'être davantage attractif à la fois pour les sociétaires qui bénéficieront d'une qualité de service de haut niveau tout en améliorant l'accessibilité.

À ceux qui craignent que le regroupement ne se traduise par des réductions de personnel importantes, M. Guay se montre rassurant. «Notre projet est de regrouper nos forces et non de les couper. Notre objectif est de monter des équipes performantes. C'est tout sauf une rationalisation. Lorsqu'en 2001, on a procédé à la fusion des caisses Chicoutimi, Saint-François-Xavier et la caisse du secteur de la santé, on a fait face à un problème de pénurie de main-d'oeuvre», explique M. Guay. En 2016, ce sont les départs massifs à la retraite qui frappent les trois institutions.

Les directions des caisses croient qu'il y aura moyen de diminuer les coûts opérationnels au chapitre des services administratifs dispensés par la fédération . «Nous avons des complémentarités financières qui permettront des économies très importantes et de se donner des marges de manoeuvre supplémentaires», affirme M. Guay.

Même si les caisses voient plusieurs avantages au regroupement, le processus de regroupement laissera place à une consultation auprès des membres. À la suite de l'adoption cette semaine du projet de regroupement par les trois conseils d'administration, le projet sera présenté au conseil d'administration de la Fédération des caisses du Québec le 12 mai prochain.

Le déroulement des assemblées générales annuelles des membres dans les prochaines semaines sera l'occasion de présenter le projet de regroupement. Des rencontres avec des leaders de la communauté auront lieu en avril et en mai afin de susciter leur adhésion en plus de soirées d'information prévues à la fin mai.

Les assemblées générales extraordinaires, où les membres auront à décider du projet, auront lieu vers la mi-juin en vue du regroupement légal qui aura lieu le 1er janvier 2017.

La nouvelle institution qui naîtra du regroupement comptera environ 50 000 membres et disposera d'un actif de 1,5 G$. Actuellement, la Caisse de Chicoutimi compte 72 employés, Chicoutimi-Nord 70 tandis que celle de Laterrière ferme la marche avec onze employés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer