Le compostage, l'option favorisée

Le directeur adjoint responsable de l'environnement à Saguenay,... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le directeur adjoint responsable de l'environnement à Saguenay, Sylvain Lavoie

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La technologie qui permettra d'éliminer 100% des matières putrescibles des sites d'enfouissement sanitaire d'ici 2020 n'a pas encore été identifiée. La MRC du Fjord et la Ville de Saguenay investiront 1,5 M$ en études d'ici l'échéance pour en arriver à doter la région de la solution la plus économique qui reposera sur le compostage.

Il ressort de plusieurs évaluations que la technologie du compostage des matières putrescibles dans un système fermé représente la voie la plus intéressante pour le moment. Le directeur général adjoint et responsable des travaux publics à la Ville de Saguenay, Denis Simard, affirme que le choix arrêté dans le cadre du Plan de gestion est basé sur la performance de cette technique, son contrôle et aussi les coûts moins prohibitifs que tout le spectre de la production des différents gaz.

La première consultation publique dans le cadre de la révision du Plan de gestion des matières résiduelles tenue à Saint-Honoré, mercredi soir, a permis d'aborder cette problématique. Rien n'est simple dans cet univers et la meilleure technologie développée aujourd'hui ne sera plus nécessairement celle appropriée pour la région puisque le Saguenay et le Lac-Saint-Jean ont choisi d'harmoniser les plans de gestion des matières résiduelles pour les deux territoires.

«Nous devons en ce moment préparé notre demande de subvention et elle doit être déposée au gouvernement à la fin de l'année. Il y a un échéancier et on doit le respecter. On a eu droit à toutes sortes de présentations technologiques, mais le compostage offre des avantages intéressants et si un jour des technologies plus performantes sont disponibles, il sera toujours possible de faire des ajustements», a indiqué Denis Simard.

Nonobstant les différents obstacles technologiques, l'objectif est d'arriver à mettre en place la collecte des matières putrescibles pour 2020 selon le règlement. Ce qui signifie d'avoir distribué pour 2020 à tous les citoyens les équipements nécessaires pour le compostage et la cueillette des matières recyclables.

«On est un peu obligé d'être performant. Ça fait partie de l'équation puisque nous allons toucher des redevances», a insisté Sylvain Lavoie, directeur adjoint responsable de l'environnement.

Son collègue Denis Simard a fait état de la nécessité de mener des campagnes d'éducation et de sensibilisation auprès des citoyens afin d'atteindre rapidement des performances intéressantes.

La MRC du Fjord du Saguenay a déjà atteint les objectifs du gouvernement du Québec en matière de résidus ultimes acheminés vers le site d'enfouissement avec 490 kg par personne sur une base annuelle alors que les cibles sont de 700 kg en 2020. Les citoyens de Saguenay ont quant à eux un effort addition à faire alors qu'ils produisent encore 758 kilogrammes de résidus ultimes.

Cette brève statistique dissimule un problème qui devra être résolu au cours des prochaines années. La performance des citoyens de la ville est grevée par le volume des déchets institutionnel, commercial et industriel. Les spécialistes doivent s'attaquer à cette grande inconnue afin de déterminer combien de tonnes de déchets putrescibles produit l'hôpital de Chicoutimi, les restaurants et autres commerces ou la laiterie de La Baie.

Malgré l'importance de cet enjeu pour les contribuables et les coûts que ces derniers devront assumer, les citoyens ont démontré un intérêt plus que mitigé pour cette démarche prévue dans la loi. Seulement quatre citoyens ont répondu à l'invitation de la commission mise sur pied pour entendre les commentaires et les mémoires.

Il reste que pour le contribuable de Saguenay, le coût du service de la collecte des déchets passera de 171$ la porte en 2016 à 239$ en 2020. Les contribuables de la MRC auront quant à eux à assumer une augmentation de 205$ à 297$.

Selon Denis Simard, il pourrait y avoir une variation dans les chiffres, mais elle sera minime puisque les ordres de grandeur sont déjà bien connus pour ce qui est du déploiement d'une troisième collecte sur le territoire pour la récupération des matières putrescibles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer