L'échéancier dévoilé pour un futur traité

Le regroupement demande de bien s'informer avant de... (Archives Le Quotidien, Louis Potvin)

Agrandir

Le regroupement demande de bien s'informer avant de faire des actions de mobilisation, comme le blocus partiel qui de la route 167 dans la réserve faunique Ashuapmushuan il y a quelques semaines.

Archives Le Quotidien, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le Regroupement Petapan a dévoilé l'échéancier qui pourrait mener à la signature d'un traité d'autonomie gouvernementale en 2020 entre les deux gouvernements et les communautés d'Essipit, de Nutashkuan et de Mashteuiatsh.

Aujourd'hui se terminent les travaux de la table centrale de négociation. Au cours du mois d'avril, le négociateur en chef fera un rapport aux élus. En 2016, si le résultat du rapport est jugé satisfaisant, le négociateur rédigera un texte d'entente finale.

C'est seulement en 2017 et en 2018 que de l'information sera partagée et que des discussions auront lieu sur le projet de traité avec les populations des Premières Nations. Suivra un référendum.

Finalement, selon le résultat du référendum, un processus de ratification du traité avec le fédéral et le provincial se mettra en branle en 2019 pour en arriver à une mise en oeuvre en 2020.

Le regroupement invite les détracteurs du traité de prendre le temps de bien s'informer avant de faire des actions de mobilisation comme celle qui a eu lieu sur la route de la Réserve faunique Ashuapmushuan (parc de Chibougamau).

« Parmi les éléments erronés ou de désinformation qui ont pu être véhiculés au cours des dernières semaines, il est important de préciser qu'aucun traité ne sera signé le 31 mars prochain. À cette date, en lien avec le mandat du négociateur en chef de Petapan, nous prévoyons la fin des travaux de la Table centrale. Par la suite, ce dernier fera rapport à nos élus de l'état de la situation pour qu'ils en discutent et déterminent les actions à suivre. D'ici la fin de 2016, s'ils le jugent pertinent, les élus des trois Premières Nations décideront s'ils soumettent ou non un projet de traité à leur population qui pourra en prendre connaissance et en débattre pendant plusieurs mois avant qu'un référendum soit tenu quelque part en 2018 », a expliqué le porte-parole Raoul Kanapé.

Ce dernier invite les gens à consulter le site Web au www.petapan.ca pour connaître l'avancement des négociations. Aussi, un nouveau blogue amélioré a également été mis en ligne afin de traiter de tous les récents développements et des principaux questionnements soulevés par le dossier.

« Les enjeux entourant notre négociation sont connus et discutés depuis plusieurs années, que ce soit sur le territoire, l'autonomie gouvernementale, les activités traditionnelles, le développement socio-économique, le financement, la fiscalité ou autres sujets. Il a toujours été clair pour les Premières Nations impliquées dans la négociation qu'il fallait se rendre au bout de la démarche et analyser les résultats avant de déterminer les suites à donner, et de soumettre éventuellement un projet de traité à nos membres », a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer