Élections partielles: Des appels téléphoniques créent la confusion

Cégep de Chicoutimi.... ((Archives))

Agrandir

Cégep de Chicoutimi.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une confusion semble régner au sujet de la tenue de stands d'informations par les candidats à l'élection partielle de Chicoutimi, mardi, au Cégep de Chicoutimi. L'événement a bel et bien lieu, mais des candidats affirment avoir été informés que l'événement était annulé.

Les candidats ont été invités par l'Association générale des étudiantes et étudiants du Cégep de Chicoutimi à prendre part à l'événement qui se déroule au centre social de 11 h à 14 h 30. Tous les partis politiques ont répondu positivement, le candidat devant être présent sur place, ou envoyer des représentants, a indiqué le président de l'association, Valentin Montmaurs, lors d'un entretien avec Le Quotidien, lundi en fin de soirée.

Jointes plus tôt en journée par Le Quotidien, les équipes de la candidate libérale Francyne T. Gobeil et de la péquiste Mireille Jean ont toutefois affirmé avoir été contactées pour annuler l'événement.

« Il était prévu dans l'horaire que Mme Jean participe au débat et soit présente au stand des candidats, mais on nous a appelés pour nous dire que c'était annulé », a indiqué lundi après-midi Yanick Grégoire, attaché de presse au Parti québécois.

La Coalition avenir Québec (CAQ) n'avait toutefois pas reçu la même information. « Le bénévole qui se rendait aujourd'hui [lundi] installer la table ne s'est pas fait dire que l'événement était annulé. On ne nous en a pas informés », a indiqué de son côté Thomas Verville, attaché de presse de la CAQ.

Coups de téléphone?

Le président Valentin Montmaurs ignore qui peut avoir contacté les candidats ou s'ils ont été victimes d'un coup de téléphone. « L'événement a bel et bien lieu, et nous espérons que les candidats seront présents mardi pour rencontrer les étudiants, puisqu'ils représentent une partie de leur électorat », ajoute-t-il.

Dans le cas de Francyne T. Gobeil, précise M. Montmaurs cependant, son équipe avait indiqué que la candidate ne pourrait être présente sur place, mais que des représentants du Parti libéral devaient s'y rendre.

Le MAGE-UQAC, qui organisait la semaine dernière un événement semblable, aurait d'ailleurs vécu une situation semblable, ajoute le président. Certains candidats auraient aussi reçu de faux avis d'annulation.

Débat

Un débat entre les candidats est par ailleurs organisé jeudi au Cégep de Chicoutimi par l'association étudiante. Le président indique qu'aucune confirmation de participation des candidats n'a été reçue jusqu'à maintenant

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer