Camping Jonquière: le CA s'oppose à la vente

Les membres du conseil d'administration du Camping Jonquière... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Les membres du conseil d'administration du Camping Jonquière s'opposent à l'offre non sollicitée déposée par Claveau et fils.

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le conseil d'administration du Camping Jonquière s'oppose à l'offre non sollicitée déposée par l'entreprise d'excavation jonquiéroise Claveau et fils à la Ville de Saguenay pour y réaliser un projet domiciliaire privé.

«Notre conseil d'administration tient à protéger cet héritage qui a été bâti par des gens du milieu pour des gens du milieu», peut-on lire dans un communiqué de presse rédigé par le président du conseil d'administration du Camping Jonquière, Raynald Harvey.

Le Camping Jonquière dit ne pas avoir été surpris d'apprendre qu'une offre non sollicitée avait été déposée pour acquérir le camping en vue d'y réaliser un projet domiciliaire. Une offre non sollicitée est une offre qui vise à solliciter l'intérêt et l'avis des propriétaires avant le dépôt d'une offre en bonne et due forme.

Une offre non sollicitée est une offre publique d'achat ou d'échange où l'initiateur de l'offre, avant tout lancement officiel sur le marché, sollicite l'avis et l'intérêt des actionnaires et des dirigeants de la société cible. Cette dernière peut soit marquer son accord à cette offre que la structure acheteuse peut alors transformer en OPA amicale ou peut, au contraire, rejeter purement et simplement les conditions de l'offre.

«Nous saluons la volonté de l'entreprise Claveau et fils d'investir dans sa communauté», poursuit-on plus loin. Les administrateurs soutiennent cependant qu'ils sont «fermement convaincus que la Ville doit préserver ce joyau de notre patrimoine collectif, conformément à la vision des fondateurs du camping, et orienter les investisseurs intéressés vers les nombreux potentiels encore inexploités autour du lac Kénogami ou sur les berges de la rivière aux Sables».

Ils soulignent que le plan de développement du camping, élaboré par l'arrondissement de Jonquière, prévoit d'ailleurs de maintenir l'accessibilité du site public, en plus de développer «son potentiel au maximum» au cours des prochaines années.

L'offre d'un promoteur privé démontre la nécessité pour Saguenay de se donner «une véritable vision d'avenir» entourant le développement domiciliaire autour du lac Kénogami, ajoute-t-on, et permettre un accès public suffisant au plan d'eau.

Les membres du CA soulignent que le développement du site a été fait au fil des ans grâce au travail de bénévoles et à l'injection de deniers publics.

Les administrateurs rappellent que les fondateurs du camping, des hommes d'affaires de Jonquière, se sont regroupés il y a près de 30 ans pour mettre en valeur le site riverain du lac Kénogami et l'ouvrir au public en 1987. Aujourd'hui, quelque 40 000 personnes fréquentent l'endroit chaque été.

Le Camping Jonquière est situé sur des terres publiques intramunicipales, dont la gestion a été confiée à Saguenay par le gouvernement provincial. Le président de l'arrondissement de Jonquière, Bernard Noël, a par ailleurs affirmé au Progrès-Dimanche qu'il ne s'opposait pas à la vente du Camping Jonquière à des intérêts privés, selon ce que l'entreprise pouvait offrir en garanties.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer