Serge Simard en colère contre Rio Tinto

Le député libéral de Dubuc, Serge Simard, est... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Le député libéral de Dubuc, Serge Simard, est en colère contre Rio Tinto, qui a annoncé cette semaine une importante restructuration.

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Le député libéral de Dubuc à l'Assemblée nationale est en colère contre Rio Tinto (RT). L'annonce du regroupement des usines de la région sous l'égide d'une administration unique, provoquant une vaste réorganisation et la suppression de plusieurs postes-cadres, a fait bondir Serge Simard. Il accuse la multinationale de ne pas avoir agi en concertation avec le milieu régional.

Quand Serge Simard a reçu l'appel d'un représentant de la compagnie lui annonçant la nouvelle, il a vu rouge.

«Je n'étais pas content. J'ai eu une réaction très musclée. Avant de poser des gestes semblables, ont-ils fait l'effort de consulter leurs partenaires régionaux? Ont-ils vérifié les impacts économiques qu'une telle décision peut avoir sur notre région? Je pense que non», affirme Serge Simard, qui croit que si Rio Tinto souhaitait améliorer ses façons de faire, elle aurait très bien pu le faire en consultant les intervenants impliqués.

Le député est d'autant plus outré que RT est selon lui en train de saccager tout le savoir-faire développé au Saguenay-Lac-Saint-Jean par des équipementiers qui gravitent autour de l'industrie de l'aluminium. Il fait référence à la décision du géant minier de désormais faire affaire avec Adecco, une firme de placement de main-d'oeuvre, pour combler ses besoins en personnel.

«Tout ça est vraiment regrettable. On est en train de siphonner la région et ça, je leur ai dit très clairement. Cette restructuration va faire disparaître l'expertise et les ressources rattachées à cette expertise que l'on possède», enchaîne le politicien.

Avantages

Attirant l'attention sur le fait que Rio Tinto n'est pas «ici pour nos beaux yeux», Serge Simard rappelle les avantages énergétiques consentis à l'entreprise par le gouvernement du Québec. En ce moment, le député estime que l'entreprise n'est pas de bonne foi et ne respecte pas ses engagements.

«Quand on essaie de dépouiller le milieu et qu'à un moment donné, on vient rencontrer le gouvernement pour discuter de certains avantages, bien on risque de le trouver un peu moins attentif. Ces entreprises-là se servent de la région, mais elles ne servent plus la région», renchérit le porte-étendard libéral, qui ne pensait jamais un jour qu'il s'exprimerait en ces termes en parlant de Rio Tinto.

Serge Simard estime que la compagnie doit faire preuve de prudence, dans le contexte où elle recherche l'acceptabilité sociale pour réaliser divers projets, notamment l'agrandissement du lac de bauxite de l'usine Vaudreuil.

«Ils se disent très préoccupés par l'acceptabilité sociale et ils posent des gestes qui ne sont pas des gestes de concertation. Au fond, c'est comme dire une chose et son contraire», termine M. Simard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer