Une expédition thérapeutique mémorable pour Antoine Milliard

Isabelle Duval et son fils Antoine sont très... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Isabelle Duval et son fils Antoine sont très proches. Antoine a eu un cancer du poumon à deux ans, puis un cancer des os à 13 ans. Aujourd'hui âgé de 15 ans, il est en rémission et a récemment participé à une expédition organisée par la Fondation Sur la pointe des pieds.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

Isabelle Duval croyait avoir vécu le pire lorsque son fils, Antoine Milliard, a reçu un diagnostic de cancer du poumon à l'âge de deux ans. Une fois son fiston guéri, la maman était bien loin de se douter que ce grand mal le frapperait à nouveau, 11 ans plus tard. Le verdict est tombé en 2014: sarcome d'Ewing (cancer des os).

«Quand on a su qu'il avait un cancer du poumon, pour moi, c'était la fin du monde. Les médecins nous ont dit que c'était très difficile de donner un pronostic. Le dernier cas chez un enfant remontait à 20 ans plus tôt. J'ai trouvé ça très dur. J'ai perdu le bébé que j'aurais dû avoir», raconte Isabelle Duval, également maman de deux filles.

Pendant la semaine de relâche, Antoine Milliard s'est... (Photo courtoisie) - image 3.0

Agrandir

Pendant la semaine de relâche, Antoine Milliard s'est rendu dans le parc Algonquin, en Ontario, pour participer à une expédition de traîneaux à chiens.

Photo courtoisie

Antoine a dû se soumettre à des traitements de chimiothérapie et a subi l'ablation d'un rein. Ses chances de guérir étaient évaluées à 50 sur 100. La vie lui a souri. Jusqu'à ce qu'elle décide de lui infliger un autre coup de Jarnac. Une dizaine d'années plus tard, l'adolescent s'est mis à avoir de la douleur au dos. Suivi de près par des professionnels de la santé depuis l'enfance, il a dû se soumettre à une batterie de tests. C'est avec une dose immense de chagrin que les proches d'Antoine ont reçu la nouvelle du deuxième cancer.

«J'ai crié. Je me suis effondrée. Mon coeur, mes tripes étaient dans mes mains. J'étais à vif», raconte Isabelle Duval, rencontrée cette semaine à La Baie, le patelin de la famille. Les examens auxquels Antoine a dû se soumettre ont révélé que le jeune homme est porteur d'un gène qui le prédispose au cancer. Pendant les 36 traitements de chimiothérapie d'Antoine et ses six semaines de radiothérapie, la maman s'est accrochée, pour son fils. Depuis mai 2015, Antoine est officiellement en rémission. Il a bonne mine. Sa mère aussi.

Sur la pointe des pieds

Antoine a récemment participé à une aventure thérapeutique organisée par la Fondation Sur la pointe des pieds. Pendant la semaine de relâche, l'adolescent de 15 ans s'est rendu dans le parc Algonquin, en Ontario, pour participer à une expédition de traîneaux à chiens. Il faisait partie d'une délégation d'une quinzaine de jeunes qui ont surmonté un cancer. L'expérience lui a été immensément profitable, lui qui a pu oublier le train-train quotidien, la maladie, les sombres jours.

«Ç'a fait du bien de me retrouver avec d'autres personnes qui avaient vécu la même chose que moi. C'était le fun de pouvoir partager des choses avec des gens qui savaient de quoi je parlais. Des fois, on n'avait même pas besoin de parler», relate l'étudiant de l'École secondaire des Grandes-Marées, aux yeux bleus comme le ciel.

Antoine ne sait pas ce que l'avenir lui réserve. Rempli d'une énergie nouvelle, un second souffle que lui ont procuré le grand air et les animaux qu'il aime tant, il contemple la vie avec sérénité et une certaine quiétude. Le moment présent. Carpe diem.

Antoine faisait partie d'une délégation d'une quinzaine de... (Photo courtoisie) - image 4.0

Agrandir

Antoine faisait partie d'une délégation d'une quinzaine de jeunes qui ont surmonté un cancer.

Photo courtoisie

Isabelle Duval croyait avoir vécu le pire lorsque son fils,... (Photo courtoisie) - image 4.1

Agrandir

Photo courtoisie

«Je laisse la vie aller à son rythme», dit Antoine, qui était le seul participant originaire de la région à prendre part à l'expédition.

Quand son fiston est parti avec la Fondation Sur la pointe des pieds, Isabelle Duval a trouvé ça dur. Autant elle était convaincue des bienfaits d'un tel périple sur la santé physique et mentale de son garçon, autant la mère soignante en elle a trouvé le lâcher-prise difficile.

«J'étais jalouse que quelqu'un d'autre s'occupe de lui. Souvent, Antoine ne parle pas de sa douleur et il faut la deviner». Quand Antoine est rentré à la maison, sa maman l'a trouvé lumineux.

«C'est comme s'il revenait comme avant. Comme si je retrouvais le Antoine d'avant la maladie», confie Isabelle.

Le jeune baieriverain doit se rendre à Sainte-Justine aux trois mois pour des examens. Jusqu'ici, tout baigne. Antoine espère être suffisamment en forme pour travailler un jour dans le domaine de la construction ou pour conduire de la machinerie lourde.

Rase-O-Thon

La 16e édition du Rase-O-Thon Marie-Hélène Côté au profit de la Fondation Sur la pointe des pieds se tiendra le 15 mai à l'aréna de Saint-Bruno. Les pharmaciens Marc Larouche et Marik Pilote, propriétaires de la pharmacie Larouche et Pilote, assurent la présidence d'honneur de l'événement. Ils sont les pharmaciens de la famille Côté depuis plusieurs années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer