Pilotes chinois à Saint-Honoré: Exactair craint la saturation

L'aéroport de Saint-Honoré... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'aéroport de Saint-Honoré

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La formation par Cargair Aviation d'une centaine de pilotes d'origine chinoise à l'Aéroport de Saint-Honoré soulève des inquiétudes. La compagnie Exactair, qui possède une école de formation à cet endroit, craint une saturation du ciel honorien.

Bruno Luneau, directeur des opérations chez Exactair, rappelle qu'actuellement, 68 000 mouvements d'avions ont lieu à Saint-Honoré chaque année. C'est sans compter que l'été prochain, le ministère des Transports procédera à la réfection du pavage de la piste 06-24, du câblage du système de balises lumineuses et des voies de circulation, ce qui entraînera la fermeture d'une piste.

M. Luneau précise qu'actuellement, Exactair et le Centre québécois de formation en aéronautique contribuent à la majorité des mouvements d'avions. «Si Cargair procède à la formation d'une centaine de pilotes chinois, ce sont 20 000 heures de vol qui s'ajouteront. Nous, on forme entre dix et quinze pilotes annuellement.»

Exactair travaille également en collaboration avec le Cégep de Chicoutimi puisque Québec a modifié les règles pour les écoles de formation en pilotage appelées à former des étrangers. Le gouvernement exige qu'elles puissent émettre une attestation d'études collégiales. Il y a lieu de se demander, selon lui, s'il vaut la peine d'investir temps et argent.

Outre cet aspect du dossier, M. Luneau précise qu'en période estivale, de jeunes cadets de l'armée sont formés à Saint-Honoré, ce qui vient ajouter 750 heures de vol pendant sept semaines.

Selon lui, il est évident qu'avec un tel volume de vols, Nav Canada devra ajouter du personnel à la tour de contrôle, laquelle est d'ailleurs limitée à six avions à la fois.

Un autre irritant qui pourrait surgir est qu'une telle hausse du volume de vols n'en vienne à susciter le mécontentement de la population en raison du bruit incessant. «À l'aéroport de Mascouche, où sont stationnés une centaine d'avions privés, les citoyens sont écoeurés du bruit.»

M. Luneau convient toutefois que Cargair est un opérateur aérien tout comme Exactair et qu'il ne peut empêcher la compétition. Cela est d'autant plus vrai qu'actuellement, en raison du développement économique de la Chine, vingt-et-une écoles de pilotage au Canada dispensent de la formation en pilotage.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer