Il faut penser à l'humain, clame François Paradis

Le député François Paradis est venu prêter main-forte... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le député François Paradis est venu prêter main-forte à la candidate de la CAQ dans Chicoutimi, Hélène Girard.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

Cesser de ne parler que de chiffres et penser aux humains. C'est le message qu'est venu porter à Chicoutimi le député François Paradis, critique caquiste en matière de santé, venu jeudi appuyer sa candidate Hélène Girard.

Plantés devant l'hôpital, le député de Lévis et Mme Girard ont accusé le gouvernement Couillard de ne pas livrer la marchandise, et ce, en dépit de la hausse de 2,4% des dépenses en santé annoncées dans le dernier budget Leitao.

«Ça ne couvre même pas les hausses de coûts du système, a dénoncé le caquiste, puisque 454 des 715 millions$ iront aux hausses salariales et 88 millions$ seulement serviront à financer les services à la population. Cela fait en sorte que les coupes vont continuer», met en garde le député Paradis, prenant comme exemple les fermetures de lits en CHSLD et le manque de temps opératoire.

Là-dessus, il avance le chiffre de 2300 personnes en attente de chirurgie, dont 200 depuis plus d'un an. Au chapitre des promesses non tenues, François Paradis relève que celle d'investir 150 M$ dans les soins à domicile s'est traduite, concrètement, par une injection de 60 M$.

Hélène Girard, que le député de Lévis a qualifiée de candidate humaine qui sera à l'écoute des citoyens, dresse un portrait sombre de 13 années de règne libéral en matière de santé. «Je le constate sur le terrain. Moi-même, j'ai attendu des années une chirurgie orthopédique. J'ai eu un excellent service de la part du personnel infirmer. Mais l'attente a été longue», dit-elle, reprochant au ministre Barrette de monter les attentes, de parler beaucoup, mais de ne pas livrer la marchandise.

Registre des armes à feu

Hélène Girard n'a pas pris position sur la loi 64 créant le registre québécois des armes d'épaule, pour lequel son chef François Legault a promis un votre libre (voir autre texte).

«Je n'ai pas encore pris de décision, car j'attends de connaître l'opinion des citoyens. Je suis à l'écoute.»

Même chose pour l'aménagement d'un bloc cellulaire à Chicoutimi pour accueillir les prévenus qui doivent comparaître au Palais de justice, un dossier qui reçoit l'appui du PQ. Mme Girard a indiqué ne pas être prête à se prononcer sur cette question et promis que ce sera fait plus tard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer