Mireille Jean prête pour le 2e round

Pierre Karl Peladeau et Mireille Jean ont rencontré... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Pierre Karl Peladeau et Mireille Jean ont rencontré les électeurs à Place du Saguenay, mercredi, en compagnie des députés péquistes Sylvain Gaudreault et Alexandre Cloutier.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

À 18 jours de l'élection partielle dans Chicoutimi, la candidate péquiste Mireille Jean considère que le développement économique du comté et de la région constitue le principal enjeu. C'est à travers des débats entre les candidats qu'elle entend faire valoir ses engagements.

Accompagnée pour la seconde fois en une semaine par le chef Pierre Karl Péladeau et les députés Sylvain Gaudreault et Alexandre Cloutier, Mme Jean a poursuivi la tournée des centres commerciaux et des résidences pour personnes âgées afin de se faire connaître en tant que candidate et femme d'affaires. « Je pense qu'à partir de maintenant, on entre dans le deuxième round de la campagne électorale. Il est temps de sortir du matériel et je suis ouverte à des débats pour que la population soit informée sur ce qu'on souhaite mettre de l'avant. »

Elle affirme que le développement économique passe par l'entrepreneuriat, les personnes qui ont des idées et des projets. Le soutien que les organismes publics peuvent leur offrir au chapitre du coaching, du financement, de l'aide à la commercialisation afin de concrétiser ces idées constitue lui aussi un enjeu.

Le point de presse a été l'occasion pour M. Péladeau de critiquer le budget fédéral présenté mardi parce qu'il ne contient aucune mesure d'aide à l'industrie forestière. « Malgré le fait que les Québécois aient permis l'élection du gouvernement Trudeau, il n'y a rien pour la stimulation de nos chantiers. On souhaiterait avoir autre chose que des chèques de péréquation. Il y a aussi le laxisme du gouvernement Couillard qui n'a aucune initiative pour le développement économique dans les régions. »

La rencontre a été l'occasion également d'interroger le chef péquiste sur son leadership advenant une éventuelle défaite étant donné que Chicoutimi constitue un château fort depuis le début des années 70. M. Péladeau estime que toutes les élections partielles sont importantes et que tous les efforts nécessaires seront déployés pour gagner. « Il est évident qu'on a plus de chance de gagner Chicoutimi que D'Arcy-McGee, qui vote à 97 % du côté libéral. Chicoutimi est une circonscription à l'avant-garde qui a su s'engager dans la modernisation de l'industrie et s'affranchir de la grande entreprise pour créer un réseau de PME. Je crois que ce sont les PME qui sont à la base de l'enrichissement collectif. »

Le chef péquiste ajoute que la joute électorale sera certainement influencée par l'arrestation, la semaine dernière, de l'ex-vice-première ministre Nathalie Normandeau. « J'attends que M. Couillard explique le système de financement du Parti libéral pour mettre fin au cynisme qui règne parmi la population. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer