De l'argent gaspillé, selon Lebel

Denis Lebel... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Denis Lebel

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

Le député de Roberval et chef adjoint du Parti conservateur, Denis Lebel, comprend les individus et groupes d'intérêt d'être satisfaits du premier budget libéral, mais n'en considère pas moins que le premier ministre Justin Trudeau sort l'argent par les fenêtres tout en reniant les promesses tenues en campagne électorale.

Le député mentionne qu'au 31 janvier dernier, un surplus budgétaire de 4,5 G$ était anticipé et voilà que deux mois plus tard, un déficit de 30 G$ sur deux ans est présenté aux électeurs canadiens. «Les libéraux avaient promis un déficit de 10 G$. Je n'étais pas d'accord, mais on promettait d'être fiscalement responsable avec un plan de retour à l'équilibre budgétaire. On est rendus à un déficit de à 120 ou 130 G$ sur cinq ans», explique M. Lebel.

Il est évident que les chômeurs ont raison d'être satisfaits que le fédéral abaisse le délai de carence de deux semaines à une semaine pour l'obtention de prestations, mais il faudra voir à moyen terme les effets sur les taux de cotisation pour les travailleurs et entreprises qui financent la caisse autonome de l'assurance-emploi, exprime-t-il. «Malgré la grogne soulevée, le Québec ramène les finances de la province à l'équilibre comme nous l'avions fait pour réinvestir dans les services. Trudeau sort l'argent par les fenêtres, ce qui va à l'encontre de notre philosophie.»

M. Lebel estime que les familles ont raison d'être contentes également puisque les parents disposeront de plus d'argent dans leur poche en vertu de l'instauration de la nouvelle Allocation canadienne pour enfants, mais encore là il faut se méfier des lendemains qui déchantent. «C'est de l'argent qu'on finance sur nos cartes de crédit, comme on peut le faire dans le temps des Fêtes, de l'argent qu'on n'a pas.»

En ce qui a trait au programme sur les infrastructures, M. Lebel considère que le gouvernement Trudeau prend de l'argent entre les mains des politiciens fédéraux pour le placer entre les mains d'élus du provincial et du municipal puisqu'il n'y a que 11 G$, ce qui ne constitue pas un véritable plan de relance.

Pour ce qui est des mesures favorisant la relance de la foresterie, M. Lebel mentionne que le budget de 2016 propose d'octroyer plus d'un milliard de dollars sur quatre ans, à compter de 2017-2018, afin d'appuyer les technologies propres, notamment dans les secteurs de la foresterie, des pêches, de l'exploitation minière, de l'énergie et de l'agriculture.

M. Lebel avoue qu'il n'a aucune idée des sommes qui seront destinées à la forêt, même s'il souhaite qu'il y en ait le plus possible pour l'économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Karine Trudel déçue

(Denis Villeneuve) - La députée néo-démocrate de Jonquière, Karine Trudel, est déçue qu'aucune des mesures budgétaires qu'elle a proposées au premier ministre Trudeau ne se retrouve dans la présentation budgétaire du ministre des Finances, Bill Morneau, laissant le Saguenay-Lac-Saint-Jean sans mesure concrète pour aider les secteurs de la forêt et du papier.

«On ne trouve rien au niveau des engagements. Il y a quelque chose d'ensaché dans le chapitre de l'environnement, mais rien pour le Réseau canadien des forêts modèles ou la deuxième et troisième transformation du bois. Ça prend du financement. C'est une déception pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean.»

Bien qu'elle soit satisfaite que les travailleurs puissent bénéficier d'une baisse du délai de carence pour recevoir de l'assurance-emploi, Mme Trudel s'oppose à ce que le gouvernement aille puiser dans les surplus de la caisse une somme de 6,9 G$ pour réduire le lourd déficit à venir. Selon elle, Ottawa s'apprête à instaurer un système d'assurance-emploi à deux vitesses puisque les travailleurs d'une douzaine de régions du pays comme, entre autres, Terre-Neuve et Labrador, Sudbury, le nord de l'Ontario et du Manitoba, verront la période de prestations régulières d'assurance-emploi prolongée de cinq semaines. Dans ces régions, le taux de chômage a augmenté de façon importante. «Notre région, avec un taux de chômage de 9,6 %, ne se retrouve pas dans les régions touchées», commente-t-elle.

En matière de logement social, Mme Trudel se montre satisfaite qu'Ottawa investisse 2,3 G$ sur deux ans à compter de 2016-2017 pour l'accès à des logements plus abordables.

Il en va de même pour la réduction de l'âge d'admissibilité au programme de revenus garantis qui passe de 67 à 65 ans.

En ce qui a trait au programme d'investissements pour les infrastructures, Mme Trudel souhaite que l'argent puisse bénéficier intelligemment de l'argent disponible pour l'aménagement d'installations de traitement de l'eau potable, des eaux usées, remplacement de conduites, etc. Le gouvernement a annoncé un nouveau fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées, destiné aux provinces, aux territoires et aux municipalités. Le budget de 2016 prévoit un investissement de 2, G$ sur quatre ans, à compter de 2016-2017, pour des améliorations immédiates à l'infrastructure de distribution et de traitement des eaux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer