Pas de deuxième équipe opératoire dans les plans

Hôpital de Chicoutimi... (Photo archives)

Agrandir

Hôpital de Chicoutimi

Photo archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les dirigeants du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean n'envisagent pas, à court et moyen terme, la possibilité d'installer une deuxième équipe opératoire la fin de semaine à l'hôpital de Chicoutimi afin de répondre aux journées surchargées.

Marc-Antoine Tremblay, du service des communications du CIUSSS, a mentionné que la situation exceptionnelle de la fin de semaine du 12 et 13 mars en orthopédie ne pouvait justifier une telle décision.

Au cours de cette fin de semaine, le département s'est retrouvé avec 19 cas à l'hôpital de Chicoutimi, pour la plupart des patients qui s'étaient blessés à la suite d'un accident de la route, d'une chute sur la glace ou pour diverses autres raisons.

Manque de temps

L'équipe en place a eu besoin de la soirée de vendredi et des journées de samedi, dimanche et lundi pour répondre à la demande et procéder aux opérations. Face à l'impossibilité d'avoir une deuxième équipe opératoire, le personnel hospitalier a manqué de temps et a dû envoyer au moins deux cas à l'hôpital d'Alma. 

«Nous avons déjà fait l'analyse par le passé. La pertinence n'avait pas été démontrée. Nous avons actuellement la bonne ligne et le bon protocole. Ce qui ne nous empêche pas de continuer à nous questionner sur notre pratique. Mais pour l'instant, il n'y pas vraiment de changement», indique Marc-Antoine Tremblay.

«Si la situation devait se reproduire, nous procéderions probablement comme nous l'avons fait la semaine dernière en transférant des patients vers Alma. Surtout que notre réseau est plus gros maintenant, ce qui nous permet de le faire. Il ne faut pas oublier qu'il s'agissait d'une situation exceptionnelle. Certains cas ont dû être tassés. Il y a eu des opérations jusqu'à lundi», admet M. Tremblay.

Deuxième équipe demandée

Malgré tout, selon les informations obtenues, les membres de l'équipe opératoire en place ont fait une demande pour installer une deuxième équipe opératoire. Celle-ci aurait été nécessaire pour répondre à toutes les urgences en orthopédie.

Certaines personnes ont avancé que la deuxième équipe n'a pu être formée en raison des coupes budgétaires imposées par le ministère de la Santé du Québec

«Nous avions une équipe de garde sur place. Nous avons essayé d'en avoir une deuxième, mais nous n'avons pas été en mesure de réunir trois infirmières de bloc opératoire, un anesthésiste, un chirurgien et un inhalothérapeute. Ce n'était pas une question de budget, c'était plutôt une affaire de ressources humaines», indique le porte-parole du CIUSSS.

Selon nos informations, certains intervenants aimeraient bien qu'une deuxième équipe puisse être mise en place la fin de semaine afin de répondre aux besoins de la clientèle.

En plus de l'équipe de garde, on souhaite que les dirigeants fixent des critères pour s'assurer d'ouvrir une deuxième salle lorsque cela s'avère nécessaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer