Les CF-18 s'entraînent contre de vrais MiG-21

Le lieutenant-colonel David Turenne.... (Photo courtoisie, caporal Eric Girard)

Agrandir

Le lieutenant-colonel David Turenne.

Photo courtoisie, caporal Eric Girard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Normand Boivin
Le Quotidien

L'Escadron 425 de Bagotville vient de compléter la première moitié de sa mission d'entraînement d'un mois avec les forces roumaines à la base de Constanta, sur les bords de la mer Noire.

Sept pilotes de Bagotville, supportés par une centaine de militaires, ont pour tâche d'aider ces nouveaux alliés autrefois cantonnés derrière le Rideau de fer à se familiariser avec les façons de faire de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), dont ils font maintenant partie.

« Ça va très bien, a indiqué vendredi en entrevue téléphonique avec Le Quotidien le lieutenant-colonel David Turenne, commandant du 425. Nous volons presque tous les jours et l'expérience est aussi profitable pour nos pilotes. »

En effet, sur les sept pilotes de chasse présents à Constanta, quatre étaient de nouveaux diplômés de l'Escadron 419 d'entraînement à l'appui tactique de la base Cold Lake, qui sont arrivés à Bagotville il y a quelques mois. Ils ont passé deux semaines en Roumanie avant d'être remplacés par quatre autres recrues provenant de la base saguenéenne.

« C'est une très belle expérience pour des pilotes en début de carrière. Car à Bagotville, nous nous entraînons avec Discovery Air Defence, dont les avions (des Alpha Jet) simulent les ennemis. Ici, ils affrontent de vrais MiG-21. » Ces vieux avions soviétiques qui équipaient la majorité des pays membres du Pacte de Varsovie ont été modernisés au cours des années 80 et présentent des capacités impressionnantes, même s'ils sont d'une génération précédant les CF-18, affirme le lieutenant-colonel. Moins agiles que les chasseurs canadiens, ils sont cependant beaucoup plus petits et difficiles à voir en combat aérien, ce qui augmente le niveau de difficulté.

« De plus, la Roumanie est un nouvel environnement qu'ils ne connaissent pas. C'est un nouveau défi et c'est excellent pour eux », note le commandant Turenne, qui est originaire de l'Alberta.

En plus de l'entraînement en vol, les pilotes de Bagotville participent, au cours de ces deux dernières semaines de l'exercice appelé Resilience Resolve, à des manoeuvres impliquant les forces terrestres roumaines.

Pour les pilotes de CF-18 de Bagotville, entraîner... (Photo courtoisie, matelot-chef Steeve Picard) - image 2.0

Agrandir

Pour les pilotes de CF-18 de Bagotville, entraîner les forces roumaines représente également une belle occasion de se familiariser avec les MiG-21 utilisés par les anciens pays du bloc de l'Est.

Photo courtoisie, matelot-chef Steeve Picard

Deuxième mission

C'est la seconde fois que des CF-18 canadiens s'entraînent au-dessus de cet ancien territoire du Pacte de Varsovie. La première fois, les pilotes de Bagotville ont survolé les Carpates, situées plus au Nord, sur la base de Câmpia Turzii. C'était en mai 2014.

Pour sa part, le commandant Turenne avait travaillé avec des troupes de l'armée de terre roumaine pendant la guerre en Afghanistan en 2008.

Les quatre CF-18 affectés à l'exercice proviennent aussi de Bagotville. Ils étaient basés au Koweït pour participer aux bombardements du groupe armé État islamique en Irak et en Syrie. Après la mission en Roumanie, au début d'avril, ils reviendront au Saguenay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer