Fermeture prochaine de l'école primaire Riverside

L'école primaire Riverside, dans le quartier Sainte-Thérèse, sera... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'école primaire Riverside, dans le quartier Sainte-Thérèse, sera déclarée excédentaire lors de sa fermeture cet été. L'immeuble ne pourra toutefois être démoli puisqu'il fait partie du noyau institutionnel d'Arvida, un secteur jouissant d'une protection patrimoniale.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

La Commission scolaire Central Quebec (CQSB) souhaite se départir de l'école primaire Riverside, autrefois connue comme l'école Saint-Patrick. Le bâtiment de la rue Neilson, à Arvida, sera vacant à compter de septembre, alors que les écoliers déménageront dans les locaux du secondaire, situés sur la rue Joule.

Le projet de fusion a été rapporté dans Le Progrès-Dimanche du 1er mars 2015, au lendemain d'une consultation publique organisée par la commission scolaire anglophone dont les assises sont situées à Québec. Parents et enseignants ont été invités à y participer. Des sommes importantes seront investies pour améliorer les infrastructures de la rue Joule et y regrouper tous les élèves. Les jeunes du primaire évolueront dans un immeuble distinct de celui du secondaire. Les deux édifices sont reliés par un tunnel souterrain. Le projet de regroupement a été mis de l'avant par la CQSB, qui n'avait d'autre choix que de dénicher une solution, dans le contexte où l'école primaire déborde et le secondaire est aux prises avec une baisse de clientèle.

En vertu de la Loi sur l'instruction publique, la commission scolaire doit aviser le ministre de l'Éducation de son intention de céder le bâtiment. Le règlement sur les normes, les conditions et la procédure d'aliénation d'un immeuble précise qu'une commission scolaire, lorsqu'elle souhaite se départir d'un édifice, doit se plier à un processus précis. Dans un premier temps, l'école Riverside devra être offerte à la commission scolaire De La Jonquière. La porte-parole, Marie-Ève Desrosiers, a confirmé au Progrès-Dimanche que son employeur n'en veut pas. L'immeuble sera donc mis à la disposition d'organismes publics ou parapublics ou de la Ville. Une vente au privé peut être autorisée seulement si aucune organisation ne s'est montrée intéressée à l'acquérir.

Comme le précise le président de la CQSB, Stephen Burke, advenant une vente, les profits n'iront pas directement dans les coffres de la commission scolaire. Les recettes seront appliquées au fonds consolidé du revenu du gouvernement du Québec, mais la CS pourrait éventuellement en profiter pour des projets futurs.

La petite école primaire fait partie du paysage d'Arvida depuis sa construction en 1942 et la communauté anglophone y est particulièrement attachée. Sa démolition est exclue, puisqu'elle se trouve en plein coeur de ce qui est considéré comme le noyau institutionnel d'Arvida. Il s'agit du regroupement de cinq établissements d'enseignement et de deux églises construits entre 1927 et 1950. L'ensemble du site est inscrit au registre du patrimoine culturel du ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ). Le noyau institutionnel d'Arvida a été cité patrimonial par Saguenay en 2001. La protection s'applique à l'enveloppe extérieure des bâtiments et aux terrains sur lesquels ils sont situés.

Stephen Burke est conscient que le départ de la dernière cohorte d'élèves, en juin, sera un moment chargé d'émotion pour plusieurs.

«Il y a aura une annonce bientôt au sein de l'école sur la façon qui sera utilisée pour souligner ce moment. Les élèves seront impliqués. C'est certain que ce sera très émouvant, mais il faut regarder tout ça dans une perspective d'avenir», dit M. Burke.

«Le regroupement de tous les élèves dans une même école va créer un sentiment de loyauté et de fidélité, ce qui va augmenter la rétention», croit le président, qui rappelle que les élèves quittent souvent l'école anglophone après la sixième année pour joindre des programmes enrichis dispensés dans le réseau public francophone.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer