Sursis de deux ans pour le service de police de Mashteuiatsh

Le service de police de Mashteuiatsh ne sera... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le service de police de Mashteuiatsh ne sera pas aboli. Une entente avec les deux paliers de gouvernement permet son maintien jusqu'au 31 mars 2018.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Le service de police de Mashteuiatsh ne sera pas aboli. Une entente avec les deux paliers de gouvernement permet son maintien jusqu'au 31 mars 2018. 

«Il s'agit d'une bonne nouvelle pour notre Première Nation qui est en pleine démarche d'autonomie et qui s'assure en tout temps d'agir en tant que gouvernement responsable. Il s'agit aussi et surtout d'une bonne nouvelle pour ces femmes et hommes qui forment notre corps de police et qui peuvent maintenant continuer de croire en leur importante mission de servir leur communauté», a commenté la vice-chef aux relations extérieures, Marjolaine Étienne. 

Le gouvernement du Québec a accepté de verser 400 000$ sur deux ans pour assurer que le service de police ne soit plus déficitaire. De plus, une somme de 125 000$ par année sera dévolue à la prévention dans la communauté. Il s'agit d'un nouveau programme annoncé dans le budget de jeudi. Finalement, le prêt d'une ressource de la Sûreté du Québec sera prolongé pour au moins une autre année. 

«Nous sommes très satisfaits de l'ouverture démontrée par le premier ministre Philippe Couillard et le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux ainsi que des pistes de solution avancées avec les représentants administratifs des deux paliers gouvernementaux. Nous avons senti que monsieur Couillard voulait vraiment que nous conservions notre corps de police. Notre communauté sera en sécurité et nous évitons la perte de treize emplois», a jouté Marjolaine Étienne.

Le fédéral contribue également en rendant disponible une somme de 400 000$ dédiée exclusivement au remboursement des dépenses d'équipement et de formation.

D'ailleurs, la signature d'une entente tenant lieu de convention collective pour la période du 1er avril 2013 au 31 mars 2018 avec l'Association des policiers de Mashteuiatsh permet d'éviter une augmentation des coûts du service. 2013.

Rappelons que le service de police de Mashteuiatsh affichait un déficit accumulé de 2 M$. Le conseil de bande devait composer avec un sous-financement annuel récurrent d'environ 300 000$. Pour la prochaine année, le service disposera d'un budget équilibré de 1,4M$.

À cet égard des plaintes pour discrimination ont été déposées à cet effet à la Commission canadienne des droits de la personne et à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec le 12 février dernier. Celles-ci vont continuer de suivre leur cours.

Régler la question à long terme

Bien que le Conseil de bande soit satisfait, des efforts devront être déployés au cours des prochaines années pour régler le financement du corps policier à long terme.

«Maintenant, notre bataille va se poursuivre, car les solutions mises en place aujourd'hui visent le court terme et ne concernent pas le financement récurrent des services de police des Premières Nations. Nous entendons faire front commun avec les autres communautés qui vivent la même situation que nous, afin que le modèle de financement du programme fédéral soit révisé d'ici 2018 dans l'esprit d'un financement équitable pour les Premières Nations» a pour sa part mentionné le conseiller Patrick Courtois. 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer