Employés de RT congédiés: la riposte syndicale se prépare

Une centaine des quelque 240 membres du syndicat... (Photo Le Quotidien, Laura Lévesque)

Agrandir

Une centaine des quelque 240 membres du syndicat des travailleurs d'Énergie électrique nord ont participé à l'assemblée générale, tenue jeudi à Alma.

Photo Le Quotidien, Laura Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

Le Syndicat des travailleurs d'Énergie électrique nord (STEEN) défendra bec et ongle ses trois membres récemment congédiés par Rio Tinto (RT) à l'issue d'une enquête pour des allégations de fraude. Réunis en assemblée générale, jeudi soir à Alma, les syndiqués ont voté unanimement en faveur d'une politique de soutien monétaire pour aider les trois travailleurs.

«Ils ont été congédiés. Ils n'ont plus de salaire. Les travailleurs ont été touchés par leur histoire. C'est pour cette raison que le vote a été unanime pour aider monétairement les trois travailleurs», a confirmé le président du syndicat, Patrice Girard, qui n'a pas voulu dévoiler l'ampleur de l'aide financière.

Des griefs pour contester ces congédiements ont été déposés. La partie syndicale attend maintenant un retour de l'entreprise avant de poursuivre les démarches de contestations.

«On a fait nos démarches. On est en attente d'un retour de l'employeur pour connaître leur avocat. Mais une chose est sûre, on va se battre jusqu'au bout pour nos membres», a insisté M. Girard.

Ce dernier n'a pas voulu commenter davantage la nature des gestes reprochés pour éviter de compromettre leur cause. «On ne veut pas que nos informations servent à l'entreprise. Donc je préfère ne pas parler de la nature des événements», a répondu le président du syndicat, affilié au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Rio Tinto, rappelons-le, a congédié huit travailleurs au début du mois de mars, dans le cadre du suivi de l'enquête sur les relations entre l'ex-fournisseur Services industriels HPL et certains employés-cadres et syndiqués. Selon certaines informations, certains employés auraient bénéficié d'avantages personnels découlant des relations d'affaires entre le fournisseur et Rio Tinto. Une pratique qui allait à l'encontre des politiques de Rio Tinto quant à la gestion des contrats avec les fournisseurs.

«Les gars sont nerveux sur le plancher. On fait des commandes, comme d'habitude, mais on ne sait pas comment l'entreprise peut revenir contre nous. Les gars, qui ont été mis à pied, n'ont rien à se reprocher. Tout le monde reste donc sur leur garde», confie un des travailleurs, rencontré en marge de l'assemblée générale.

En plus des trois travailleurs d'Énergie électrique, des membres du Syndicat des travailleurs de l'aluminium d'Alma ont également été congédiés. Pour le moment, aucune stratégie commune entre les syndicats n'a été élaborée. «Ce sont des dossiers qui peuvent aussi se défendre individuellement», a laissé tomber le président syndical.

Des cadres ont aussi perdu leur emploi dans la foulée de cette affaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer